Your request:


Downloading format: : Texte

Screens 162 à 162 sur 357

Nombre de pages: 1

Full bibliographic record:

Titre : Historique de l'imprimerie et de la librairie centrales des chemins de fer : organisation industrielle et économique de cet établissement / [A. Chaix]

Auteur : Chaix, Alban (1860-1930)

Éditeur : A. Chaix (Paris)

Date d'édition : 1878

Type : monographie imprimée

Langue : Français

Format : 1 vol. (VII-338 p.) : pl. ; 29 cm

Format : application/pdf

Droits : domaine public

Identifiant : ark:/12148/bpt6k5857727j

Source : Bibliothèque municipale de Saint-Pierre-des-Corps, 2009-298068

Relation : http://catalogue.bnf.fr/ark:/12148/cb30216172h

Provenance : Bibliothèque nationale de France

Date de mise en ligne : 12/07/2010

The text below has been produced using a process called optical character recognition (OCR)
Since it is an automatic process, it is subject to errors you might find in this page. The O.C.R. ratio for this document is 98


IVi ANNEXES

Dans ce vaste atelier dont il vous fait un temple, Sa pensée est un ordre, et son oeuvre un exemple; Il vous dit à vous tous que les temps sont venus Où son art doit livrer des secrets inconnus, Et que l'esprit tombé de sa tête féconde, Vieux de quatre cents ans, rajeunira le monde !

LA LUMIÈRE DE GUTENBERG

POÉSIE COMPOSÉE PAR MÉRY A L'OCCASION DE L'ANNIVERSAIRE DE L'INAUGURATION DE LA STATUE DE GUTENBERG

(19 mai 1850)

Fiat lux nova.

Depuis le premier jour où, créant la lumière,

Dieu fit à l'univers son aurore première,

L'homme a compris qu'il faut, pour éclairer ses pas,

Encor d'autres rayons que le soleil n'a pas.

Cet astre, en dissipant l'obscurité profonde

Où vagissait alors l'enfance de ce monde,

Illumina les corps; mais brusquement surpris,

Le chaos ténébreux resta dans les esprits,

Et la terre tournait, emportant avec elle,

Autour de son soleil, la nuit originelle,

Cette nuit de l'erreur que, sur les hauts sommeLs,

L'aurore, en se levant, ne dissipe jamais!

Quand une vérité du céleste domaine Descendait, en passant par une bouche humaine Elle expirait, pareille à la lointaine voix Que l'écho du vallon ne redit qu'une fois.