Your request:


Downloading format: : Texte

Screens 110 à 110 sur 376

Nombre de pages: 1

Full bibliographic record:

Titre : Miracle français en Asie . Bois gravés de Claude René Martin. 2e édition

Auteur : Régismanset, Charles (1877-1945)

Éditeur : Impr. F. Paillart (Abbeville)

Éditeur : les éditions G. Crès et Cie, 21, rue Hautefeuille (VIe) (Paris)

Date d'édition : 1922

Sujet : France -- Colonies -- Histoire

Type : monographie imprimée

Langue : Français

Format : In-8°, 359 p. [3181]

Format : application/pdf

Description : Appartient à l’ensemble documentaire : Picardi1

Droits : domaine public

Identifiant : ark:/12148/bpt6k5842844k

Source : Bibliothèque nationale de France, département Philosophie, histoire, sciences de l'homme, 8-LK10-630

Relation : http://catalogue.bnf.fr/ark:/12148/cb34136924n

Provenance : Bibliothèque nationale de France

Date de mise en ligne : 28/06/2010

The text below has been produced using a process called optical character recognition (OCR)
Since it is an automatic process, it is subject to errors you might find in this page. The O.C.R. ratio for this document is 100


LE TERROIR — LES RACES 103

tient à ce que la péninsule a toujours été soumise à des invasions venues de tous côtés qui ont, chacune, laissé des traces de leur passage, soit par des populations restées pures de tout mélange, soit, plutôt, par des métissages plusieurs fois répétés et différents selon les régions.

Les Annamites, d'après M. Brenier, représentent à eux seuls 83 %, soit plus des quatre cinquièmes de la population totale de l'Indochine. Ils se sont rassemblés et accumulés dans les riches deltas et sur le front maritime de l'Indochine. Ils occupent presque exclusivement toute la région des plaines du Tonkin, de l'Annam et de la Cochinchine, et figurent dans le Cambodge pour le vingtième de la population (87,3 % en Cochinchine, 94,3 % au Tonkin, 96,1 % en Annam, 4,7 % au Cambodge). Concentrés d'abord dans le delta du Fleuve Rouge, ils se sont avancés progressivement vers le sud, en refoulant toujours les Chams dont les capitales ont été successivement, d'après M. Aymonier. à Bal Shri Banoy dans le Quang-binh, à Bal Hongor, la « ville des Pins », près de Hué, et à Bal Angonai (Chaban) dans le Binh-dinh où la puissance chame a reçu en 1471 le coup qui a marqué le commencement de son irrémédiable décadence. La descente vers le sud a continué mais la conquête ce la Cochinchine sur les Cambodgiens, ainsi que je l'indiquerai plus loin, n'a été entamée qu'au XVIIe siècle et partiellement achevés que dans les premières années du XIXe siècle. L'ouest de la Cochinchine contient encore une nombreuse population cambodgienne, notamment dans les provinces de Tra-vinh et de Soctrang.

L'origine géographique et ethnique des Annamites paraît assez difficile à fixer : les déductions de M. Maspéro sur les affinités de la langue annamite avec la langue thai permettaient de conclure peut-être aussi à une certaine parenté ethnique et à une communauté d'origine. Cette origine se