Your request:


Downloading format: : Texte

Screens 152 à 152 sur 461

Nombre de pages: 1

Full bibliographic record:

Titre : Le vampire : les mystères du crime / par Michel Morphy

Auteur : Morphy, Michel (1863-1928)

Éditeur : chez tous les libraires (Paris)

Date d'édition : 1886

Type : monographie imprimée

Langue : Français

Format : 1 vol. (462 p.) ; in-8

Format : application/pdf

Droits : domaine public

Identifiant : ark:/12148/bpt6k5840033d

Source : Bibliothèque nationale de France, département Littérature et art, 4-Y2-1142

Relation : http://catalogue.bnf.fr/ark:/12148/cb30983596j

Provenance : Bibliothèque nationale de France

Date de mise en ligne : 24/05/2010

The text below has been produced using a process called optical character recognition (OCR)
Since it is an automatic process, it is subject to errors you might find in this page. The O.C.R. ratio for this document is 94


LES MYSTÈRES DU CRIME 151

Soudain, elle s'arrêta : elle était dans une vaste salle remplie d'enfants chétifs et tristes qui semblaient terrorisés.

Des soeurs de charité les gardaient.

Les petits malheureux, de tout âge et des deux- sexes, attendaient d'être dirigés sur la campagne, chez les grossières nourrices de l'Assistance publique...

La mère restait sur le seuil, pétrifiée.

Une soeur qui pinçait jusqu'au sang un enfant récalcitant attira son attention en faisant pousser des cris à sa victime,

— Oh l c'est ça qu'on appelle l'Assistance publique ! s'écria-t-elle... Rendez-moi mon enfant,,.

Elle chercha des yeux et, sans se préoccuper de l'effroi et de la confusion qu'elle occasionnait, non plus que des propos des soeurs, elle courut vers un berceau d'oîi sortait un cri bien connu.

— C'est lui ! fit-elle avec ivresse. Je le croyais perdu !

— Mais voyez-donc cette mauvaise fille, dit la soeur qui maltraitait un enfant, une minute auparavant.

— Ne la laissez pas sortir, commanda la supérieure,

La mère se retourna, la tète orgueilleusement 'levée, d'un air de fureur, comme une lionne à qui on dispute ses petits.

— Venez-y donc, dit-elle d'un air de défi en serrant si n enfant avec force." Et comme l'employé arrivait sur ces entrefaites.

— Ne me touchez pas, gronda-t-elle, ou je vous mords. C'est mon enfant..; il est à moi, ce pauvre petit ange... Je n'ai pas signé !

Elle regagna ainsi le bureau oh elle était entrée la tète basse, honteuse, et elle le traversa fièrement, en faisant claquer avec violence là porte sur ses pas. En un instant, elle fut dehors. '' '' ' L'enfant s'était tu et avait repris lé sein dé sa mère. '

Celle-ci, exaltée par cette scène, marchait à grands pas, sans but, en proie à uno agitation extrême. ■'' '" '

Elle se retourna tout à coup. ' ' : ''." '" '"'.''

Une main Venait de se poser 'doucement sur son épaule.

— Qu'allez-vous faire maintenant ? lui demanda une voix pleine de bonté. ■ Ellerecohnut l'homme qu'elle avait vu à l'Assistance publique let'qùî avait

demandé un renseignement.- J ' ' ■ .

Celte simple question fit tomber son exaltation. ■<■■•■•

— Ah ! oui, fit-elle, comme se'parlant à èlle-mèmè, c'est vrai. ; —.Tenez,;mà braVe mère,'a4^ : :

;i'J.1 luidésighà'uri banc'où elle'-'selaissa'aller, abattûe.par la fatigue. ' La crise était apaisée; elle retomba dans'ses noirespènjéés. ^MjûetfaitesiVbukYdëfc^^ ' -; ^ ^ 1