Your request:


Downloading format: : Texte

Screens 141 à 141 sur 310

Nombre de pages: 1

Full bibliographic record:

Titre : Les Papillons, métamorphoses terrestres des peuples de l'air, par Amédée Varin. Texte par Eug. Nus et Antony Méray.... Tome 2

Auteur : Nus, Eugène (1816-1894)

Auteur : Méray, Antony (1817-1889?)

Éditeur : G. de Gonet (Paris)

Date d'édition : 1862

Type : monographie imprimée

Langue : Français

Format : 2 vol. gr. in-8° , pl.

Format : application/pdf

Droits : domaine public

Identifiant : ark:/12148/bpt6k5839868w

Source : Bibliothèque nationale de France, département Littérature et art, Y2-4184

Relation : http://catalogue.bnf.fr/ark:/12148/cb31028625v

Provenance : Bibliothèque nationale de France

Date de mise en ligne : 28/06/2010

The text below has been produced using a process called optical character recognition (OCR)
Since it is an automatic process, it is subject to errors you might find in this page. The O.C.R. ratio for this document is 98


112 LES PAPILLONS

— Sous ce costume ! s'écria Jane.

— Et avec cette figure ! exclama Duncan.

— Le costume et la figure n'y font rien, reprit gravement la vieille, ce sont de méprisables vanités : vanitas vanitatum, comme dit le Sage. Apprends, homme des montagnes, que nous aurions pu venir ici vêtues de robes de brocart toutes chargées d'or et de pierres précieuses, avec une suite de dames et de seigneurs, de courriers et de gardes-du-corps, plus somptueuse que celle du roi de l'Angleterre et de l'Ecosse. Il nous suffisait pour cela de le vouloir; mais nous ne l'avons pas voulu. Demandez plutôt à ma compagne !

L'autre vieille fit un signe affirmatif.

— Alors, au nom du ciel, qui vous amène dans ma pauvre demeure, et que voulez-vous de moi ?

— D'abord, honnête Duncan, nous ne voulons rien de vous, attendu que vous n'avez absolument rien à nous offrir, si ce n'est votre fusil dont nous ne saurions que faire, ignorantes, comme nous le sommes, du maniement des armes à feu ; attendu, en outre, qu'il est peu de choses que nous puissions désirer, sans nous les procurer aussitôt.

— En ce cas, expliquez-moi ce qui vous amène ici.

— En deux mots, voici la chose : nous voyagions par pur caprice dans votre affreux pays, en manière d'exploration, afin de savoir comment se comportent nos sujets sur ce petit coin de terre...

— Vos sujets ! vous êtes donc des reines ? s'écria le chasseur.