Your request:


Downloading format: : Texte

Screens 203 à 203 sur 214

Nombre de pages: 1

Full bibliographic record:

Titre : Les "premières" de Alfred de Musset / Henry Lyonnet

Auteur : Lyonnet, Henry (1853-1933)

Éditeur : Delagrave (Paris)

Date d'édition : 1927

Type : monographie imprimée

Langue : Français

Format : 1 vol. (VIII-202 p.) ; in-16

Format : application/pdf

Droits : domaine public

Identifiant : ark:/12148/bpt6k5839046j

Source : Bibliothèque nationale de France, département Littérature et art, 8-YF-2267

Relation : http://catalogue.bnf.fr/ark:/12148/cb308499754

Provenance : Bibliothèque nationale de France

Date de mise en ligne : 12/07/2010

The text below has been produced using a process called optical character recognition (OCR)
Since it is an automatic process, it is subject to errors you might find in this page. The O.C.R. ratio for this document is 93


CHAPITRE XX A QUOI RÊVENT LES JEUNES FILLES

Comédie en deux actes et en neuf tableaui, en vers.

(Version intégrale.)

Musique de Claude Debussy, Décors de M"* Maria Laurencin.

Sérénade de Léo Delibes. Mise en scène de M. Granvo).

Théâtre-Français : 21 avril 1920.

Emile Fabre, administrateur.

A quoi rêvent les jeunes filles. — Premier essai de la versio intégrale. — Décors de M** Marie Laurencin. — Mise e scène de M. Granval. — la jeune troupe. — Un cadre i rêve. - Un éblouissement dans la brume. — Opinions d la presse. — Une bien jolie soirée qui dédommage de tai d'autres. ~ Un. théâtre impossible, et devant lequel U n reste plus qu'à se mettre à genoux.

Tableau des pièces de Musset représentées jusqu'au 31 dt cembre 1825.

Déjà, à plusieurs reprises, et notamment lors d centenaire de la naissance d'Alfred de Musset e 1910, on avait essayé de donner d<s fragments d A quoi révent les Jeunes filles ; mais il fallut l'audac de M. Emile Fabre pour en porter à la scène un version intégrale.

Il était besoin aussi, pour une semblable tentative d'avoir des interprètes très jeunes et des décors qu puissent encadrer ces neuf tableaux de rêve. Ce fut une femme, M™* Marie Laurencin, — expérience nou velle, du moins àlaComédie/rançaise, —que M.EmM Fabre s'adressa pour dessiner les maquettes dont oi se servit pour les décors et les costumes, si bien qu ce parc enchanté fit pousser cette exclamation : « C