Rappel de votre demande:


Format de téléchargement: : Texte

Vues 194 à 194 sur 214

Nombre de pages: 1

Notice complète:

Titre : Les "premières" de Alfred de Musset / Henry Lyonnet

Auteur : Lyonnet, Henry (1853-1933)

Éditeur : Delagrave (Paris)

Date d'édition : 1927

Type : monographie imprimée

Langue : Français

Format : 1 vol. (VIII-202 p.) ; in-16

Format : application/pdf

Droits : domaine public

Identifiant : ark:/12148/bpt6k5839046j

Source : Bibliothèque nationale de France, département Littérature et art, 8-YF-2267

Relation : http://catalogue.bnf.fr/ark:/12148/cb308499754

Provenance : Bibliothèque nationale de France

Date de mise en ligne : 12/07/2010

Le texte affiché peut comporter un certain nombre d'erreurs. En effet, le mode texte de ce document a été généré de façon automatique par un programme de reconnaissance optique de caractères (OCR). Le taux de reconnaissance estimé pour ce document est de 93 %.
En savoir plus sur l'OCR


LORBNZACCIQ m

rendu hommage à l'adaptateur qui a accompli sa tâche aveo infiniment de tact et a eu la religion du texte, se gardant bien de l'altérer ou d'y rien ajouter, s'écrie en parlant de Sarah Bernhardt ;

« L'interprète est aussi belle que l'oeuvre ! »

Puis il nous donne une vision de la salle le soir de cette première ; « L'enthousiasme déchaînait la tempête des applaudissements et des bravos; dans les couloirs, chacun s'abordait pour un dialogue d'admiration, pour ajouter à sa joie artistique l'approbation d'un ami. Jamais on ne vit un triomphe aussi retentissant, émotion aussi belle, jouissance d'art aussi complète. O grande, ô divine artiste, merci d'une telle soirée et de pareil plaisir !»

VIntransigeant, sous la signature de Don Blasius, le Soir sous celle d'Adolphe Meyer, bien d'autres journaux encore complètent ce concert de louange».

Anatole France, dans un article très complet de la Revue de Paris du 15 décembre 1896, fait seulement quelques restrictions au sujet du dénouement : « M. Armand d'Artois, dit-il, a fait l'impossible pour ramener aux limites permises ce drame indéterminé; je regrette seulement, comme sans doute il le regrette lui-même, la dure nécessité qui lui fit couper le vrai dénouement. La mort de ce médiocre tyran n'est pas une; conclusion; la conclusion philo* sophique du drame est dans la scène qui fait paraître l'inutilité du meurtre; mais nous avons lieu d'être contents de ce qu'on nous a donné. »

Évidemment oui; mais que l'on veuille bien relire cet épilogue, scène vm de l'acte V : vingt lignes de texte, pour proclamer Corne de Médicis duc de Florence sur la grand'place de la ville, et montrer ainsi que lé meurtre 'd'Alexandre n'a été d'aucune