Rappel de votre demande:


Format de téléchargement: : Texte

Vues 109 à 109 sur 214

Nombre de pages: 1

Notice complète:

Titre : Les "premières" de Alfred de Musset / Henry Lyonnet

Auteur : Lyonnet, Henry (1853-1933)

Éditeur : Delagrave (Paris)

Date d'édition : 1927

Type : monographie imprimée

Langue : Français

Format : 1 vol. (VIII-202 p.) ; in-16

Format : application/pdf

Droits : domaine public

Identifiant : ark:/12148/bpt6k5839046j

Source : Bibliothèque nationale de France, département Littérature et art, 8-YF-2267

Relation : http://catalogue.bnf.fr/ark:/12148/cb308499754

Provenance : Bibliothèque nationale de France

Date de mise en ligne : 12/07/2010

Le texte affiché peut comporter un certain nombre d'erreurs. En effet, le mode texte de ce document a été généré de façon automatique par un programme de reconnaissance optique de caractères (OCR). Le taux de reconnaissance estimé pour ce document est de 93 %.
En savoir plus sur l'OCR


98 LES PREMIÈRES D'ALFRED DE MUSSET

qui vient au théâtre sans autre parti pris que celui de voir une jolie comédie et qui ne veut pas frapper un grand poète. »

Après le troisième acte, M. Baroche reçut Arsène Houssaye, qui lui présenta Alfred de Musset, et le poète gagna sa cause.

Hélas i ce ne fut qu'une embellie de quelques mois; l'Empire fut plus pudibond que la République, et lorsque Le Chandelier fut repris avec Delaunay en 1855 (1), on l'interdit... après quarante représentations, comme immoral 1 II fallut attendre la belle reprise de 1872 avec Thiron, Bressant, Delaunay, qui avait établi le rôle vingt-deux ans auparavant, Coquelin cadet, Joumard, et la délicieuse Madeleine Brohan.

Depuis ce temps, on ne compte plus les reprises; mais il fallait assister à celle du 3 juin 1925 pour trouver un ensemble nous rendant un vrai Chandelier, nouveau par les décors et exact par le texte.

Lorsque Delaunay donna sa représentation de retraite le 16 mai 1887, après trente-six ans de services, ce fut notamment dans le rôle de Fortunio (3* acte) du Chandelier qu'il fit ses adieux au public.

(1) Après le retour de !!■• Allan qui était partie au début de 1831 pour un Toyage d'affaires en Algérie. Après avoir repris ce rôle, elte ne voulet plus — à cause de son embonpoint, sans doute — jouer qae des rôles de mères, où elle fut admirable. On sait quel prodigieux sueccs eUe remporta dans la Joie fait peur (15 février 1854).