Your request:


Downloading format: : Texte

Screens 80 à 80 sur 356

Nombre de pages: 1

Full bibliographic record:

Titre : Le Japon (3e édition) / par Guillaume Depping,...

Auteur : Depping, Guillaume (1829-1901)

Éditeur : Combet & Cie (Paris)

Date d'édition : 1895

Sujet : Japon

Type : monographie imprimée

Langue : Français

Format : 1 vol. (III-343 p.) : carte, pl. et fig. ; 18 cm

Format : application/pdf

Description : Collection : Bibliothèque nationale illustrée

Description : Collection : Bibliothèque instructive

Description : Appartient à l’ensemble documentaire : FranceJp0

Droits : domaine public

Identifiant : ark:/12148/bpt6k5835024q

Source : Médiathèque de la communauté urbaine d'Alençon, 2010-45450

Relation : http://catalogue.bnf.fr/ark:/12148/cb42151148g

Provenance : Bibliothèque nationale de France

Date de mise en ligne : 11/10/2010

The text below has been produced using a process called optical character recognition (OCR)
Since it is an automatic process, it is subject to errors you might find in this page. The O.C.R. ratio for this document is 97


LE JAPON. 69

Biwa, le plus grand et le plus intéressant des lacs du Japon, presque égal en étendue au lac de Genève; de là, cette voie doit remonter au nord et se partager eu deux branches, l'une se dirigeant sur Tokio, et l'autre sur Niigata.

Niigata est l'un des ports ouverts aux étrangers ; c'est même le seul port présentant cet avantage sur la côte occidentale ; mais comme l'entrée de la rade est fermée par une barre qu'on ne peut franchir par la moindre brise, et que, de plus, il y règne des vents du nord très violents surtout en hiver, il en résulte que les étrangers n'ont guère profité de la permission à cause des difficultés de la navigation. Le commerce s'y trouve arrêté une partie de l'année, pendant la mauvaise saison ; le trafic du riz et des poissons à destination de la Chine s'y pratique seul d'une manière continue. La ville pourtant (34 000 âmes), est riche et prospère; l'industrie de la laque y est très cultivée.

Hakodaté, dans l'île de Yézo, sur le détroit de Sangar, en face l'île de Nippon avec laquelle de petits vapeurs la mettent en communication journalière, offre également peu de ressources au commerce étranger, les Japonais y ayant monopolisé presque tout le trafic. C'est, au reste, une ville essentiellement japonaise; il faut que sa population, qu'en 1854 le Commodore américain Perry n'évaluait qu'à 6000 habitants, se soit fortement accrue, puisqu'elle est aujourd'hui de 30000 âmes.

En se transportant au sud, on trouve le port le plus profond et le mieux abrité de tout le Japon, à savoir Nagasaki (30000 habitants). Même pendant un typhon, les navires n'y ont presque rien à craindre, sauf peutêtre l'abordage de jonques ou de petits bâtiments entraînés à la dérive. Des collines entourent la ville: c'est