Rappel de votre demande:


Format de téléchargement: : Texte

Vues 53 à 53 sur 318

Nombre de pages: 1

Notice complète:

Titre : Les endormeurs : la vérité sur les hypnotisants, les suggestionnistes, les magnétiseurs, les donatistes, les braïdistes, etc / W. de Fonvielle

Auteur : Fonvielle, Wilfrid de (1824-1914). Auteur du texte

Éditeur : Librairie illustrée (Paris)

Date d'édition : 1887

Type : monographie imprimée

Langue : Français

Langue : language.label.français

Format : 1 vol. (308 p.) : fig. ; In-18

Format : application/pdf

Format : Nombre total de vues : 318

Format : application/epub+zip

Droits : domaine public

Identifiant : ark:/12148/bpt6k58140933

Source : Bibliothèque nationale de France, département Sciences et techniques, 8-TE14-92

Relation : http://catalogue.bnf.fr/ark:/12148/cb304485811

Provenance : Bibliothèque nationale de France

Date de mise en ligne : 22/02/2010

Le texte affiché peut comporter un certain nombre d'erreurs. En effet, le mode texte de ce document a été généré de façon automatique par un programme de reconnaissance optique de caractères (OCR). Le taux de reconnaissance estimé pour ce document est de 97 %.
En savoir plus sur l'OCR


46 LES ENDORMEURS

endormir une somnambule qu'il emmena avec lui dans les airs. Les'Annales de la Société aérostatique et météorologique de France, q«i rapportent les détails de cette expérience mémorable,nous apprennentqu'ellen'eut aucun succès, ce qui nous étonne profondément, à moins que ce brave magnétiseur ne soit resté dans la petite banlieue de la terre. En effet, lorsqu'on se lance résolument dans les profondeurs de l'atmosphère on n'a malheureusement pas besoin d'être somnambule pour s'endormir, malgré soi, et sans magnétiseur.

Lanacelle d'un aérostat est un lieu prédestiné pour le succès d'expériences de somnolence, et les plus puissants opérateurs n'auraient pas besoin de droguer leurs sujets pour les faire tomber en crise, au doigt et à l'oeil.

Le récit de M. G-laisher, publié il y a vingt ans dans les Voyages aériens, prouve que cet intrépide physicien et M.Coxwell se sont en- . dormis spontanément, et n'ont évité une terrible catastrophe que grâce à la présence d'esprit de ce dernier, qui, se sentant défaillir, se pendit par les dents à la corde de la soupape, que le poids de son corps ouvrit automatiquement, et qui laissa échapper assez de gaz pour les ramener dans une plage plus