Your request:


Downloading format: : Texte

Screens 263 à 263 sur 318

Nombre de pages: 1

Full bibliographic record:

Titre : Les endormeurs : la vérité sur les hypnotisants, les suggestionnistes, les magnétiseurs, les donatistes, les braïdistes, etc / W. de Fonvielle

Auteur : Fonvielle, Wilfrid de (1824-1914). Auteur du texte

Éditeur : Librairie illustrée (Paris)

Date d'édition : 1887

Type : monographie imprimée

Langue : Français

Langue : language.label.français

Format : 1 vol. (308 p.) : fig. ; In-18

Format : application/pdf

Format : Nombre total de vues : 318

Format : application/epub+zip

Droits : domaine public

Identifiant : ark:/12148/bpt6k58140933

Source : Bibliothèque nationale de France, département Sciences et techniques, 8-TE14-92

Relation : http://catalogue.bnf.fr/ark:/12148/cb304485811

Provenance : Bibliothèque nationale de France

Date de mise en ligne : 22/02/2010

The text below has been produced using a process called optical character recognition (OCR)
Since it is an automatic process, it is subject to errors you might find in this page. The O.C.R. ratio for this document is 97


256 LES ENDORMEURS

déjà perdu du sang en abondance, s'endormir sur sa roue, pendant que le bourreau se reposait, avant de lui faire éprouver les dernières tortures qu'il avait été condamné à-subir.

Les ouvrages de chirurgie citent plusieurs exemples de sommeil survenu pendant des opérations douloureuses, la diminution de la quantité de sang contenue dans le système circulatoire produisant spontanément un effet analogue à celui de l'inhalation du chloroforme.

L'action du froid donne naissance à un anéantissement de même nature qui ne tarde point à amener la mort. Nous avons failli être victime d'un accident de ce genre dans une ascension que nous avons exécutée au mont Rose. Nous étant ' assis un instant sur une roche voisine de la Hochsle-SpUze, nous sommes presque immédiatement tombé clans un profond sommeil, dont nous n'avons été tiré que par le dévouement de nos deux guides, qui nous ont réveillé en nous précipitant le long de la pente que nous avions eu tant de peine à gravir. Notre accès de somnolence était d'autant plus remarquable qu'au moment où nous nous sommes engourdi, nous éprouvions aux extrémités inférieures des douleurs