Your request:


Downloading format: : Texte

Screens 166 à 166 sur 318

Nombre de pages: 1

Full bibliographic record:

Titre : Les endormeurs : la vérité sur les hypnotisants, les suggestionnistes, les magnétiseurs, les donatistes, les braïdistes, etc / W. de Fonvielle

Auteur : Fonvielle, Wilfrid de (1824-1914). Auteur du texte

Éditeur : Librairie illustrée (Paris)

Date d'édition : 1887

Type : monographie imprimée

Langue : Français

Langue : language.label.français

Format : 1 vol. (308 p.) : fig. ; In-18

Format : application/pdf

Format : Nombre total de vues : 318

Format : application/epub+zip

Droits : domaine public

Identifiant : ark:/12148/bpt6k58140933

Source : Bibliothèque nationale de France, département Sciences et techniques, 8-TE14-92

Relation : http://catalogue.bnf.fr/ark:/12148/cb304485811

Provenance : Bibliothèque nationale de France

Date de mise en ligne : 22/02/2010

The text below has been produced using a process called optical character recognition (OCR)
Since it is an automatic process, it is subject to errors you might find in this page. The O.C.R. ratio for this document is 97


LES ENDORMEURS .159

faire. On pourrait alors applaudir à Léon XIII .d'aussi bonne foi que Voltaire applaudissait à Benoît XIV, quand ce sage pontife lui donnait des marques de tolérance.

Certes le Psalmisteestbeaucoup plus d'accord avec la raison et la philosophie, quand au lieu d'admettre, comme les rédacteurs de la Revue scientifique, que le docteur Richet peut communiquer sa pensée à ses somnambules, il rappelle que Jéhovah réclame pour lui l'intégrité de ce pouvoir surnaturel, et qu'il se fait appeler le «Dieu scrutant, le coeur de l'homme ». Jéhovah est bien inspiré de la même pensée quand il dit de lui-même : « Je suis l'Éternel qui lit dans le coeur de .l'homme et éprouve la force de ses reins, » et quand, dans l'Apocalypse, il répète des paroles analogues à l'apôtre Jean.

En lisant les textes que la Civillà Caitolica invoque pour repousser d'autres prestiges dont nous parlerons plus loin, nous songions malgré nous à quelques souvenirs de notre enfance.

Involontairement, nous nous remettions en mémoire ce que nous disait il y a bien longtemps, un de nos anciens professeurs, déiste passionné, élève enthousiaste de J.-J. Rous-