Your request:


Downloading format: : Texte

Screens 174 à 174 sur 463

Nombre de pages: 1

Full bibliographic record:

Titre : Expéditions et pèlerinages des Scandinaves en Terre sainte au temps des croisades, par Paul Riant

Auteur : Riant, Paul (1836-1888)

Éditeur : impr. de A. Lainé et J. Havard (Paris)

Date d'édition : 1865

Type : monographie imprimée

Langue : Français

Format : In-8° , XIII-448 p.

Format : application/pdf

Droits : domaine public

Identifiant : ark:/12148/bpt6k57968157

Source : Bibliothèque nationale de France, département Philosophie, histoire, sciences de l'homme, 8-O2F-264

Relation : http://catalogue.bnf.fr/ark:/12148/cb31206879s

Provenance : Bibliothèque nationale de France

Date de mise en ligne : 26/12/2011

The text below has been produced using a process called optical character recognition (OCR)
Since it is an automatic process, it is subject to errors you might find in this page. The O.C.R. ratio for this document is 100


DÉPART D'ÉRIK LE BON. 159

tits États gouvernés par des princes Scandinaves, entre autres par Thorgils, frère d'Erik, et Mstislav Harald 1, son parent. Sviatopolk, prince de Kief (Markûs Skeggjason le dit formellement) 2, « lui donna de valeureux compagnons exercés à la guerre, « pour le guider le long du chemin. » Tout le voyage ne fut qu'une longue ovation. Dans chaque ville, les prêtres allaient en procession au-deyant du roi avec les saintes reliques; il était reçu au son des cloches et au chant des cantiques 3.

Erik arriva ainsi à Constantinople; mais d'abord l'empereur, qui venait de subir le passage non interrompu des croisés latins, refusa d'admettre les Danois dans la ville et leur offrit l'hospitalité hors des murs; il savait toute la popularité d'Erik parmi les Scandinaves et craignait fort que la garde veeringue ne fût tentée de faire défection et d'aller se ranger autour d'un chef aussi aimé 4. « Erik, dit Saxo, s'aperçut bien des soupçons de l'empe« reur; mais, dissimulant, il demanda à entrer dans la ville, sans « suite, pour vénérer les reliques des saints, affirmant que sa « dévotion seule l'amenait à Byzance. L'empereur loue les sen« timents du roi et promet de lui répondre le lendemain. Cependant les vterings demandent à Alexis l'autorisation d'aller « saluer Erik. Alexis la leur accorde, à condition qu'ils s'y ren« dent par petits détachements, de peur que les discours du roi « ne viennent à soulever la garde tout entière; puis l'empereur « envoie ses interprètes chargés d'espionner Erik 5 et de rappor« ter ce qu'il dirait. » C'était une belle occasion pour le roi de donner cours à sa puissante éloquence. S'adressant aux vaerings, dans des termes qui ne seraient point déplacés dans la bouche de saint Louis, il les félicite d'avoir, par leur admission dans la

1 Mstislav Harald était roi des Gardes (Russie septentrionale) et résidait à Aldeyuborg (Ladoga). Erik Emund épousa plus tard la fille de ce prince, Malmfrid, qu'il avait connue dans ce voyage.

2 Eiriksdrâpa, Knytl. Saga, ch. LXXIX (Fornm. Sogur, XI. p. 313).

3 Eiriksdrâpa, Knytl. Saga, ch. Lxxxi Fornm. Sogur, XI, p. 315).

4 Comme elle fit, six ans après, pour passer au service de Bohêmond. Voir Saxo(l. XII, édit. Millier, p. 611), qui s'étend longuement sur ce sujet.

5 Comparez le passage du Roman de Charlemagne, où Hugon de Constantinople fait épier l'empereur et ses douze pairs. Charlemagne, v. 439441, édit. Francisque Michel, p. 18.

1102.

Arrivée et séjour

à

la cour d'Alexis

Comnène.