Rappel de votre demande:


Format de téléchargement: : Texte

Vues 22 à 22 sur 132

Nombre de pages: 1

Notice complète:

Titre : La Revue hebdomadaire : romans, histoire, voyages

Éditeur : E. Plon, Nourrit et Cie (Paris)

Éditeur : Librairie Plon (Paris)

Date d'édition : 1932-11-12

Contributeur : Laudet, Fernand (1860-1933). Directeur de publication

Contributeur : Le Grix, François (1881-1966). Éditeur scientifique

Contributeur : Moulin, René (1880-19..). Directeur de publication

Type : texte

Type : publication en série imprimée

Langue : français

Langue : français

Format : application/pdf

Format : Nombre total de vues : 449435

Description : 1932/11/12 (A41,T11,N46).

Description : Appartient à l’ensemble documentaire : Pam1

Droits : domaine public

Identifiant : ark:/12148/bpt6k57461801

Source : Bibliothèque nationale de France

Relation : http://catalogue.bnf.fr/ark:/12148/cb34350607j

Relation : http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/cb34350607j/date

Provenance : Bibliothèque nationale de France

Date de mise en ligne : 01/12/2010

Le texte affiché peut comporter un certain nombre d'erreurs. En effet, le mode texte de ce document a été généré de façon automatique par un programme de reconnaissance optique de caractères (OCR). Le taux de reconnaissance estimé pour ce document est de 97 %.
En savoir plus sur l'OCR


5:4^ SUR LES CHAMPS CLOS DÉ L'AVIATION MARCHANDS

raison de papiers de la Sainte-Farce. Faux chèques, faux bordereaux, faux pneumatiques, faux rapports, des faux partout, des faux plus faux que nature, bien moulés et tournés à miracle. Il y en a tant de ces faux, qu'il semble qu'une armée de faussaires ait travaillé des mois sous quelque maître es arts de tromperie, à en fabriquer des liasses.

La fête continue. Maintenant, sur la toile du décor, se profile une ombre inquiétante : celle de la Sûreté générale. A peine est-elle apparue que la grande Presse d'informations plonge, tête première, vers les trous de souris. Elle mettra quarante-huit heures à reprendre ses sens, quarante-huit heures pour accorder ses violons...

Le prestidigitateur a fini ; il salue, il ôte son masque : il s'appelle Colin-Lucco, il est plagiaire breveté, maître: chanteur, escroc, virtuose de l'aventure, indicateur de police par surcroît. Le voici, le sourire aux lèvres, qui dévoile ses trucs et fait démonstration de son tour de main. La rampe entière inonde de ses feux le jeu de l'acteur, tandis que la presse de gauche, dans un grand geste attendri, serre sur son coeur les calomniés, MM. P.-L. Weiller et Emmanuel Chaumié, que le juge d'instruction vient d'innocenter.

Désormais, il n'y a plus qu'à régler son compte au personnage ridicule, au propagateur des rumeurs infâmes : raca sur Bouilloux-Lafont, raca sur André, raca sur Marcel, raca sur l'Aéropostale!...

Vous n'avez rien vu, bonnes gens? La muscade — la vraie — vient pourtant de passer. Le jeu n'est point ce que vous Croyez. Le vrai jeu n'est pas cette jonglerie de faux documents ; ces éclaboussures de boue ne sont. qu'un prétexte. Le vrai jeu, c'est l'étranglement sans phrase, au profit de l'Allemagne, des lignes d'aviation françaises en Amérique du Sud. Le vrai jeu, c'est la lutte de titans qui, depuis douze ans, met aux prises deux peuples dans une guerre sans merci, là-bas, le long des