Your request:


Downloading format: : Texte

Screens 34 à 34 sur 44

Nombre de pages: 1

Full bibliographic record:

Titre : Le Premier livre illustré de mes petits enfants, par A. Des Tilleuls...

Auteur : Des Tilleuls, A.. Auteur du texte

Éditeur : Bernardin-Béchet (Paris)

Date d'édition : 1878

Type : monographie imprimée

Langue : Français

Langue : language.label.français

Format : In-4° , 38 p., fig. en couleur

Format : application/pdf

Format : Nombre total de vues : 44

Format : application/epub+zip

Droits : domaine public

Identifiant : ark:/12148/bpt6k57111404

Source : Bibliothèque nationale de France, département Littérature et art, 4-Y2 PIECE-57

Relation : http://catalogue.bnf.fr/ark:/12148/cb30336192q

Provenance : Bibliothèque nationale de France

Date de mise en ligne : 15/09/2009

The text below has been produced using a process called optical character recognition (OCR)
Since it is an automatic process, it is subject to errors you might find in this page. The O.C.R. ratio for this document is 97


LE DÉFAUT DE GEORGETTE

Georgette me regarde et se demande si je connais son péché capital, poursuivit la vieille dame; oui je le connais, et je sais qu'il a failli réduire votre mère à l'indigence.

Vous êtes bien gentille, Mlle Georgette, mais... mais un peu bavarde, et quand on parle trop on a toujours lieu de s'en repentir.

Le papa de Georgette, revenant des Indes, périt dans i un naufrage. Six mois après ce malheureux événement, un officier de marine vint apporter à la veuve une somme d'argent assez considérable, héritage de son mari.

Après le départ de l'officier, Georgette rencontra sa petite voisine sur l'escalier et lui raconta que sa maman venait de recevoir une grosse somme d'argent.

Ces paroles furent entendues par un homme qui portait du bois à l'étage supérieur.

Cet homme s'introduisit le soir même chez la maman de Georgette et lui déroba tout ce qu'elle possédait.

Le désespoir de la veuve fut grand lorsqu'elle se vit dépouillée de ses moyens d'existence. /

Touchée des larmes de sa mère, Georgette avoua sa faute.

Les agents de là police furent aussitôt prévenus. Ils arrêtèrent le voleur nanti de tout l'argent qu'il avait enlevé.

Cette histoire vous prouve, Mesdemoiselles, que l'indiscrétion est un défaut bien grave et qu'on doit se méfier des petites filles babillardes.