Rappel de votre demande:


Format de téléchargement: : Texte

Vues 14 à 14 sur 44

Nombre de pages: 1

Notice complète:

Titre : Le Premier livre illustré de mes petits enfants, par A. Des Tilleuls...

Auteur : Des Tilleuls, A.. Auteur du texte

Éditeur : Bernardin-Béchet (Paris)

Date d'édition : 1878

Type : monographie imprimée

Langue : Français

Langue : language.label.français

Format : In-4° , 38 p., fig. en couleur

Format : application/pdf

Format : Nombre total de vues : 44

Format : application/epub+zip

Droits : domaine public

Identifiant : ark:/12148/bpt6k57111404

Source : Bibliothèque nationale de France, département Littérature et art, 4-Y2 PIECE-57

Relation : http://catalogue.bnf.fr/ark:/12148/cb30336192q

Provenance : Bibliothèque nationale de France

Date de mise en ligne : 15/09/2009

Le texte affiché peut comporter un certain nombre d'erreurs. En effet, le mode texte de ce document a été généré de façon automatique par un programme de reconnaissance optique de caractères (OCR). Le taux de reconnaissance estimé pour ce document est de 97 %.
En savoir plus sur l'OCR


i LES MARRONS GRILLÉS

; Un habitant du Cantal venait chaque hiver s'installer sous une porte cochère pour y vendre des marrons grillés.

Les petits garçons, en se rendant à l'école, ne manquaient jamais, quand le froid était vif, de s'arrêter devant le fourneau de l'Auvergnat pour s'y chauffer le bout des doigts.

Ce brave homme, bien souvent, donnait un marron tout chaud à celui des enfants qui lui semblait le plus gentil.

Victor, le fils d'un tailleur, ayant reçu un de ces marrons et l'ayant trouvé de son goût, plongea la main dans le sac et s'empara de plusieurs marrons pendant que le marchand tournait le dos. ? ^ .

Arrivé à la maison, le petit garçon introduisit ses marrons dans le foyer et les couvrit de cendres chaudes. Craignant d'être surpris, il activa le. feu en le soufflant avec, sa bouche,.

Tout à coup, les marrons, dont l'.éçorce n'avait point été fendue, éclatèrent avec fracas en projetant des cendres brûlantes dans les yeux du petit garçon. J

Le père quitta sa planche et accourut aux «.cris de son enfant.

Dès qu'il en connut la cause, il s'écria :

? C'est le bon Dieu qui t'a puni5 petit misérable! je ne te plains pas : les voleurs sont indignes de pitié.

Victor faillit perdre la vue et souffrit beaucoup.

Lorsqu'il revint à l'école, ses camarades, indignés de sa conduite, le chassèrent. .

Victor, repentant et corrigé, alla implorer sa grâce auprès de l'Auvergnat.