recherche dansTout Gallica

Formulaire de recherche pour Tout Gallica

    recherche dans Livres

    Formulaire de recherche pour Livres

      recherche dans Manuscrits

      Formulaire de recherche pour Manuscrits

        recherche dans Cartes

        Formulaire de recherche pour Cartes

          recherche dans Images

          Formulaire de recherche pour Images

            recherche dans Presse et revues

            Formulaire de recherche pour Presse et revues

              recherche dans Enregistrements sonores

              Formulaire de recherche pour Enregistrements sonores

                recherche dans Partitions

                Formulaire de recherche pour Partitions
                  Fermer
                  Aucun mot recherché, veuillez saisir un terme.
                  Fermer
                  Accueil Consultation

                  Notice complète

                  Fermer

                  Titre : Essais sur le commerce ; le luxe ; l'argent ; l'intérêt de l'argent ; les impôts ; le crédit public, et la balance du commerce ; par M. David Hume. Traduction nouvelle, avec des réflexions du traducteur et lettre d'un négociant de Londres à un de ses amis, contenant des réflexions sur les impôts auxquels sont assujetties les denrées de première nécessité...

                  Auteur : Hume, David (1711-1776)

                  Éditeur : Saillant (Paris)

                  Date d'édition : 1767

                  Contributeur : La Chaux, Melle de (....-18..). Traducteur

                  Type : monographie imprimée

                  Langue : Français

                  Format : 28-[3]9 p. ; in-8

                  Format : application/pdf

                  Droits : domaine public

                  Identifiant : ark:/12148/bpt6k5707654g

                  Source : Bibliothèque nationale de France, département Droit, économie, politique, F-24973

                  Relation : http://catalogue.bnf.fr/ark:/12148/cb306284256

                  Provenance : bnf.fr

                  Date de mise en ligne : 24/08/2009

                  Fermer
                  Première page Page précédente Page
                  Page suivante Dernière page (Vue 7 / 300)
                  Télécharger / Imprimer
                  Fermer la popin

                  Téléchargement

                  Vous avez la possibilité de récupérer un fichier informatique contenant plusieurs pages de l'ouvrage. Ce fichier peut être au format Acrobat PDF, JPEG monopage ou texte non structuré txt. Vous pouvez ainsi consulter le document sous ces différents formats et les imprimer.

                  Choisissez le format du fichier:
                  PDF
                  JPEG (Seulement page à page sur la page en cours)
                  txt


                  Choisissez de télécharger :
                  le document entier
                  une sélection du document


                  En cochant cette case, je reconnais avoir pris connaissance des conditions d'utilisation et je les accepte.

                  Fermer
                  Contribuer

                  Signaler une anomalie

                  Vous souhaitez signaler une anomalie sur le document suivant :

                  Titre : Essais sur le commerce ; le luxe ; l'argent ; l'intérêt de l'argent ; les impôts ; le crédit public, et la balance du commerce ; par M. David Hume. Traduction nouvelle, avec des réflexions du traducteur et lettre d'un négociant de Londres à un de ses amis, contenant des réflexions sur les impôts auxquels sont assujetties les denrées de première nécessité...

                  Auteur : Hume, David (1711-1776)

                  URL de la page : http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k5707654g/f7.image


                  Merci de décrire l'anomalie rencontrée le plus précisément possible, grâce aux propositions ci-dessous et/ou à la zone de commentaires.


                  Nature du problème :

                  Données bibliographiques erronées

                  Incohérence entre les données bibliographiques et le document affiché

                  Image(s) floue(s) ou tronquée(s)

                  Document incomplet ou page(s) manquante(s) :

                  Table des matières incohérente ou incomplète

                  Problème de téléchargement

                  Document inaccessible

                  zoom

                  OCR/texte

                  mode écoute

                  mode plein écran

                  autres (à préciser dans le champ commentaires)

                  Autres (à préciser dans le champ commentaires)


                  Commentaires :



                  Laissez nous votre courriel afin que nous puissions vous répondre:


                  Veuillez recopier les caractères que vous voyez dans l'image.

                  La saisie n'est pas conforme à l'image affichée

                  Fermer
                  Acheter une réimpression
                  Fermer la popin

                  Acheter une réimpression

                  Cet ouvrage peut être " réimprimé à l'identique " sous forme de livre par le(s) partenaire(s) suivant(s) :
                  TheBookEdition IkiosqueEdilivre

                  Fermer

                  Envoyer par courriel

                  Fermer
                  Un courriel a été envoyé au destinataire Suite à un problème technique, le courriel n'a pas pu être envoyé. Veuillez réessayer, s'il vous plaît.
                  Fermer

                  Module de recherche

                  Cliquez ici pour replier le module de recherche vers la gauche ou pour l'ouvrir

                  Résultats de la recherche

                  histoire de l'angleterre: 10 pages trouvées

                  p.NP
                  être relativement a la main-d'oeuvre dans les i Manu/allures d*Angleterre. -gf^ Í* TRADUITE SUR LA SECONDE ÉDITIO^^& imprimée à Londres en 176JKSV,/ A P A RI S , Mâchez SAILLANT, libraire, rue S. Jean-dc-Beauvaiî» t

                  p.25
                  SUR LE COMMERCE, zy L*Angleterre a, par la constitution de son gouvernement, un grand avantage, à cet 'égard, sur toutes les Nations du monde connu iSc même fur celles dont l'histoire fait mention

                  p.55
                  pour une armée deux fois moins nombreuse, çe qu'on ne peut attribuer qu'à ía grande différence des richesses de Pun & l'autre Royaume, Les Empereurs Romains,^maîtres du monde entier y ne dépensoierit pas pour ('entretien de leurs Légions , ,'ce csu'il e!v a-icoûté annuellement à l'Ángleterre pour Péquipement Sc la subsistance de ses flottes durant la derniere guerre

                  p.83
                  Hume raporte dans son Histoire d'Angleterre > à la uìte du règne de Jacques í\", mort en 6

                  p.109
                  Je suppose, en effet, qu*il existe dans la Mer Pacifique 8c à une grande distance de l'Ángleterre, un peuple fans navigation & fans Commerce étranger, poísedant toujours la même quantité d'efpeces d'or 8c d'argent, mais dont la population & l'industrie s'accroif

                  p.113
                  Jk par çònsequëiit les emprunts ne íe feront 'qu'à Un gros intérêt, L'histoire apprend, en effèt^qUe dans les premières ànrtées dut règne dé Tibère, l'intérêt de l'argent monta à Rome à six pour cent, quoiqu'aucun événement mastietireux n'eût lait sortir l'argent de l'ItalieGe n'est pas l'augmentation de la quantité' d'efpeces considérée en elle-même qui a donné lieu à la réduction de l'intérêt en \\ Angleterre, en France f & dans les autres Etats de l'Europe, où il n'y a pas dé mines 5 ou ne

                  p.124
                  U4 ESSAI E S S A I SUR LÈ S ipersonnës qu'on désigne en Angleterre sous je nom ,de Gens d'affairer & de woyens » 8c qu'on appelle Fyiattciçrsen France, étabíiflent pour

                  p.125
                  L'Histoire Ancienne ne fait aucune mention de peuples commerçants & industrieux^ établis dans des pays aussi fertiles & d'une aussi grande étendue que la Flandre y l'Angleterre » 8c la Hollande

                  p.131
                  taires» Il est heureux que cette opinion prévale èn Angleterre, où les propriétaires lbnteil même temps législateurs j elle peut contribuer à les empêcher de perdre de vue les intérêts du commerce 8c dé Tin* dustrié Ì mais j'avoue quç ce principe, avancé par un célèbre écrivain j me paroït si contraire à la raison, qu'une autorité Iij

                  p.165
                  SUR LÈ CRÉDIT PUBLIC. \\6$ ments n'arrive , 8c oh en sera convaincu toutes les fois qu'on réfléchira attentivement aux Dettes énormes que l'Angleterre ít contractées, 8c au peu de précautions qui ont été prises pour les éteindre

                  Rechercher dans ce document

                  Partager

                  Permalien sur ce document

                  Permalien sur cette page
                  Lecteur exportable

                  Vignette exportable
                  Envoyer par courriel

                  Blogs et réseaux sociaux