Rappel de votre demande:


Format de téléchargement: : Texte

Vues 217 à 217 sur 426

Nombre de pages: 1

Notice complète:

Titre : Voyage d'un jeune français en Angleterre et en Écosse pendant l'automne de 1823 par Adolphe Blanqui

Auteur : Blanqui, Adolphe (1798-1854)

Éditeur : Dondey-Dupré père et fils (Paris)

Date d'édition : 1824

Type : monographie imprimée

Langue : Français

Format : XIX-396 p. : ill. ; in-8

Format : application/pdf

Droits : domaine public

Identifiant : ark:/12148/bpt6k5698268p

Source : Bibliothèque nationale de France, département Philosophie, histoire, sciences de l'homme, 8-N-384

Relation : http://catalogue.bnf.fr/ark:/12148/cb301125358

Provenance : Bibliothèque nationale de France

Date de mise en ligne : 24/08/2009

Le texte affiché peut comporter un certain nombre d'erreurs. En effet, le mode texte de ce document a été généré de façon automatique par un programme de reconnaissance optique de caractères (OCR). Le taux de reconnaissance estimé pour ce document est de 93 %.
En savoir plus sur l'OCR


190 ECOSSE.

athlètes sont aux prises; le second acte commence; mais il finit à la première scène, attendu que l'un des combatlans a reçu dès l'abord uu violent coup de poing dans la poitrine, et s'est évanoui. Les témoins exigent alors une suspension d'armes, afin que la lutte continue avec loyauté.

Au troisième acte, on peut supposer, à cause de la faiblesse du champion renversé, que le dénoûment approche. Mais, soit colère, ou feinte, comme l'illustre frère des Horaccs, soil par uu sentiment d'honneur, comme le pensent les juges du camp, le combattant à demi vaincu s'élance sur son adversaire, la têle basse et porlée en avant, et il l'atteint si rudement à l'extrémité inférieure de la poitrine, que dans touie la foule on crie victoire. Les parieurs déconcertés se regardent , et le peuple-roi attend avec impatience le signal d'une nouvelle attaque, lorsque le malheureux athlète, à peine remis du coup, se précipite rouge de sang et.de colère, enveloppe son rival de ses bras nerveux, et le force à demander grâce. On applaudit à cette superbe péripétie, on frappe des pieds, l'air retentit de cris de joie; on annonce que le vainqueur est né à Salisbury, et la pièce finit au quatrième acte ; les Anglais, comme on sait, n'ayant pas sur l'art dramatique les principes d'Horace et de Boileau.

Une autre fois, c'est l'effroyable tableau d'une