Home Consultation
Text mode Audio mode Downloading speech synthesis MP3 File
page 300 (screen 356 of 431)
Next page Previous page  
  Last page First page

XV.

INTERROGATOIRE D'UN NOMMÉ PRADT PAR LE COMMISSAIRE DE POLICE DE MARSEILLE, SUR LE SÉJOUR DE PONS A TRIESTE ».

L'an mil huit cent dix-sept et le quatorze du mois de mai, par-devant nous, commissaire général de police pour le département des Bouches-du-Rhône, est comparu, sur la réquisition que nous lui en avons faite, le nommé Pradt, Antoine, natif de Cette, âgé de quarante-deux ans, marin de profession, lequel a répondu ainsi qu'il suit aux interrogations que nous lui avons faites

D. Depuis quand fites-vous à Marseille? '1 ̃ R. J'y suis depuis le ag d'avril dernier; j'arrivai sur le I brick l'Adolphe, dont je suis copropriétaire. Je venais de Trieste.

D. Avez-vous connu des Français à Trieste, principalement de ceux qui sont réfugiés? '1 [< R. J'ai connu quelques négociants français qui y sont établis depuis longtemps, et par occasion j'y ai trouvé le sieur Pons, ii mon compatriote. s D. Connaissiez-vous le sieur Pons avant de l'avoir rencontré par occasion à Trieste ? '1 i R. Je l'ai connu bien avant, et lorsqu'il commandait un petit bâtiment qui fut capturé. y D. De quelle manière fut renouvelée à Trieste votre con- i naissance avec le sieur Pons ? [ R. Voici comment. Le sieur Pons demanda à un matelot 1 qu'il rencontra s'il n'y avait point à Trieste de navire de Cette. I. Le matelot répondit que je m'y trouvais et qu'il pourrait me i. Archives nationales, Fj 669;, clouter 8377. r

Text mode Audio mode
page 300 (screen 356 of 431)
Next page Previous page  
  Last page First page
Home Consultation