Your request:


Downloading format: : Texte

Screens 552 à 552 sur 564

Nombre de pages: 1

Full bibliographic record:

Titre : Cours d'hippiatrique, ou Traité complet de la médecine des chevaux . Orné de soixante & cinq planches gravées avec soin. Par M. Lafosse,...

Auteur : Lafosse, Philippe-Étienne (1738-1820). Auteur du texte

Éditeur : A Paris, chez Edme, libraire, rue des Carmes, au College de Presle. Et chez l'auteur, rue de l'Eperon. M. DCC. LXXII. Avec privilege du roi.

Date d'édition : 1772

Sujet : Cheval -- Anatomie -- Ouvrages de référence

Sujet : Cheval -- Maladies -- Ouvrages de référence

Type : monographie imprimée

Langue : Français

Langue : language.label.français

Format : [6]-XI-[1]-XVII-[1]-402-VI p., LXV f. de pl. : ill. ; in-fol.

Format : application/pdf

Format : Nombre total de vues : 564

Droits : domaine public

Identifiant : ark:/12148/bpt6k55623527

Source : Bibliothèque nationale de France, département Réserve des livres rares, FOL-TG19-67

Relation : http://catalogue.bnf.fr/ark:/12148/cb30717049t

Provenance : Bibliothèque nationale de France

Date de mise en ligne : 21/09/2009

The text below has been produced using a process called optical character recognition (OCR)
Since it is an automatic process, it is subject to errors you might find in this page. The O.C.R. ratio for this document is 93


FERRURE NOUVELLE. 399

■———~————~'*^~**""< " "

pour un mulet de monture. J'ai employé cette ferrure pour des mulets , qui ont ete à l'armée ; elle leur a duré.quatre mois.

4.0 Ferrure pour un mulet qui tire une voiture,

II faut le ferrer comme on ferre un cheval , c'est-à-dire , que le fer ne doit déborder, ni en pince , ni en dehors , être juste au pied , èk fans crampons. Voye^ la planche de la ferrure , planche 64. Mais le fer doit être plus fort en pince qu'en éponge, èk cela parce que le mulet use en pince , èk que le fer s'use davantage. II ne faut pas non plus parer le pied ni ouvrir les talons.

FERRURE

POUR LES ANES.

J-Ls ont le pied fait comme le mulet, on peut donc les ferrer de même, suivant Pusage qu'on en veut faire (a).

Je pense avoir rempli le but que je m'étois proposé dans la description de cette nouvelle façon de ferrer ; mais comme quelques personnes, en faveur de leur ancienne méthode , font encore , contre la mienne , les mêmes objections , j'ai cru devoir laisser subsister les réponses que j'y ai faites dans mon guide du maréchal. Elles ont fait impression sur plusieurs ; j'espère qu'elles ramèneront ceux qui les liront avec attention.

*- - - ■■-■. . ...■■.. — . - - IM 1 .1 1 ii ii i, ,

( a ) 11 y anroit peut-être encore d'autres ferrures à décrire , mais celles dont nous avons parlé conduisent aux autres. M. Bourgelat est le seul qui ait cru admettre des ferrures, d'après la considération des membres & du corps du cheval ; quant à la pluspart de celles que j'ai données, il a cru devoir les omettre & en inventer d'autres , par de bonnes raisons fans doute.

Ces serrures que je me contenterai d'indiquer font ;

j.° D'un cheval trop long de corps par le trop de longueur

du thorax. a. 0 D'un cheval trop long de corps par l'extenfion des os des

iles. 3. 0 D'un cheval dont le corps est trop court. * 4.. 0 D'un cheval bas du devant. 5. 0 D'un cheval qui est dit fous lui. 6.° D'un cheval dont le défaut est diamétralement opposé au

précédent. 7. 0 D'un cheval arqué, ainsi que du cheval brafficourt. 8.° D'un cheval dont les jarrets font coudés. o.° Des chevaux dont les jarrets font droits.

Ï o.° D'un cheval huche droit fur ses jambes.

11. 0 D'un cheval rampin.

12.. 0 D'un cheval panard & du cheval cagneux.

1 3. 0 Des chevaux dont les articulations inférieures se déversent en-dedans ou en dehors , «Sc dans d'autres sens quelconques , fans nuire évidemment à la polìtion du pied.

14.. 0 Du cheval qui trouste, qui relève beaucoup.

15.°, D'un cheval qui se berse des épaules.

16. 0 D'un cheval dont l'appui du pied, lors de la foulée, n'a pas lieu par toute fa face inférieure en même temps.

17. 0 D'un cheval dont les épaules font nouées, prises & presque dénuées d'action, &c.

Je ne finirois point si je voulois épuiser cette matière ; mais je deviendrois fastidieux, si dans chaque article j'avois employé pour me faire entendre des explications géométriques qui n'auroient servi qu'à en imposer par un air scientifique. J'ai tâché de me rendre intelligible , sans affecter une élocution académique , persuadé qu'un style simple convenoit le mieux pour mes lecteurs & pour moi. Ces fleurs , ces grâces que certains écrivains répendent à pleines mains dans des ouvrages didactiques , ne les rendent pas plus instructifs. Le sujet que j'avois à traiter m'oecupoit trop fortement, pour chercher à me parer d'un vain étalage de termes pompeux , de phrases cadencées , de pensées brillantes qui souvent suppléent au défaut de la doctrine. J'ai mieux aimé instruire ceux qui voudront étudier l'hippiatrique, que de séduire pour un temps , par une éloquence hors de saison , & nullement satisfaisante. J'aì donc expliqué les différentes manières de ferrer ; j'en ai décrit le procédé clairement & fans emphase ; j'ai mené pour l'exécution l'ouvrier comme par la main. Je n'ai point imité ceux , qui , en écrivant néanmoins, pour des élèves, ne donne point la

description des fers , bien qu'il se soit proposé d'écrire sur la ferrure ,- & qui lorsqu'il semble le faire quelquefois , ne développe point d'une manière précise comment on doit s'y prendre pour exécuter les fers qu'il propose. Je ne suis pas le seul qui me sois apperçu de ce défaut essentiel de son ouvrage ; il y en a bien d'autres qui ont révolté plusieurs des habiles maréchaux. Il avance bien d'autres paradoxes qui n'onr point échappé aux moins versés dans cet art. La ferrure ne pouvant que remédier aux divers accidens du pied j peut-on concevoir par exemple qu'un fer plus haut ou plus bas , plus en arrière ou plus fur les côtés , puisse changer la direction des tendons , les mouvemens des muscles , la surface des os ? Peut-on concevoir comment les os des iles pourront se distendre ? Peut-on concevoir enfin comment une serrure peut avoir du rapport au thorax, ou au bas-ventre ? Comment elle

remédie au défaut du cheval qui harpe , mouvement qui est convulsif, &c. &c. &c Si j'écrivois pour critiquer je relèverois

toutes cçs erreurs ; mais j'ai eu envie d'éclairer, & de donner une pratique sûre & fondée sur une longue expérience. rapporté ces "■■ e afin r .'on en • . ger qu'il v •*■ • ...Ic de les exécuter.

J.r . : .i-í~!-..-■-. instn-.•:- nwentant, paroît aveu- été plus

emporté y 'éch..<;\: cçons qu'on apprend à être véri.-'■'emei

véri.-'■'emei ; .-. qu. ■" u moment. Son règne est détruic

rtle 'que, qui est née f' jrc »>