Your request:


Downloading format: : Texte

Screens 432 à 432 sur 564

Nombre de pages: 1

Full bibliographic record:

Titre : Cours d'hippiatrique, ou Traité complet de la médecine des chevaux . Orné de soixante & cinq planches gravées avec soin. Par M. Lafosse,...

Auteur : Lafosse, Philippe-Étienne (1738-1820). Auteur du texte

Éditeur : A Paris, chez Edme, libraire, rue des Carmes, au College de Presle. Et chez l'auteur, rue de l'Eperon. M. DCC. LXXII. Avec privilege du roi.

Date d'édition : 1772

Sujet : Cheval -- Anatomie -- Ouvrages de référence

Sujet : Cheval -- Maladies -- Ouvrages de référence

Type : monographie imprimée

Langue : Français

Langue : language.label.français

Format : [6]-XI-[1]-XVII-[1]-402-VI p., LXV f. de pl. : ill. ; in-fol.

Format : application/pdf

Format : Nombre total de vues : 564

Droits : domaine public

Identifiant : ark:/12148/bpt6k55623527

Source : Bibliothèque nationale de France, département Réserve des livres rares, FOL-TG19-67

Relation : http://catalogue.bnf.fr/ark:/12148/cb30717049t

Provenance : Bibliothèque nationale de France

Date de mise en ligne : 21/09/2009

The text below has been produced using a process called optical character recognition (OCR)
Since it is an automatic process, it is subject to errors you might find in this page. The O.C.R. ratio for this document is 93


{ULCÈRE S. *9i

thn de le distinguer du véritable javart encorné , qui vient à la couronne proche le

iabot.

Celui , qui fait le sujet de cet article, est une carie du cartilage, avec un suintement sanieux , 6k une tumeur dans la partie postérieure du pied , à l'endroit du cartilage.

Ce niai reconnoît pour causes ; i.° Phumeur du javart encorné, qui a pénétré jusqu'au cartilage.

2,.° Là ìliatière d'une bleime, qui áurá fusé jusqu'au cartilage. g.° La matière d'une seime, qui áura gagné le cartilage. 4. 0 Une atteinte, dont Phumeur sc sera portée en dedans jusqu'au cartilage. <° Enfin , toute matière acre qui sc jette sur le cartilage. L'égrâtigiiure ou la coupure du cartilage , peuvent lui donner naissance. On le connoît par le suintement continuel qui subsiste à l'endroit du cartilage, par l'ensture du pied à cette partie, par le fond qu'on sent avec la sonde.

PROGNOSTIC. Le javart encorné improprement dit, est un mal fort grave 6k difficile à guérir; on en vient cependant presque toujours à bóiit , en suivant la méthode que je vais donner.

II devient souvent incurable ; i.° lorsque Popération a été mal faite ; a.° lorsqu'elle ne sa pas été à temps ; 3. 0 lorsque durant le traitement, 6k quelque temps après Popération , lc cheval fait un faux pas dans Pécurie.

Je dis, que Popération mal-faite, peut rendre le javart incurable , parce qu'il peut arriver qu'on coupe le ligament latéral de l'os coronaire à Pos du pied , qu'on détruise la capsule , ou qu'on égratigne, avec Pinstrument, le cartilage de Pos coronaire; dans ces cas , le cheval est estropié. Plus d'un maréchal a commis souvent cette faute, íàns íe ícavoir , ck même fans soupçonner qu'il en soit coupable faute de connoître la structure du pied.

Le javart encorné devient incurable par un antre défaut de Popération ; c'est qu'on ne coupe du javart que ce qui paroît gâté , dans l'espérance que le reste se conservera , ck que la plaie se cicatrisera. Mais l'expérience prouve que le cartilage , une fois attaqué, se °'áte tout entier , ck que si l'on n'en coupe qu'une partie , il faut revenir fréquemment à Popération ; car, ce qui a été laissé , se gâte toujours de nouveau , jusqu'à ce qu'on Pait entièrement enlevé. Mais, en ménageant ainsi le cartilage, 6k en temporisant mal-à-propos, la matière qui s'en écoule , séjourne, affecte tantôt la capsule, tantôt le ligament , tantôt le cartilage de l'os coronaire , 6k l'espérance de guérison est totalement anéantie.

Mon père est le premier , je crois , qui ait fait Popération du javart encorné. Ayant observé que la méthode ordinaire n'avoit aucun succès dans ces maladies , 6k que le cartilage se gâtoit à mesure qu'on en rètranchòit ; il imagina de le couper entièrement, il y a plus de trente ans pour la première fois. L'expérience a secondé sa tentative , 6k favorisé ses espérances. Depuis ce temps, il a presque toujours guéri, par cette méthode ; au lieu qu'auparavant , 6k en suivant Vancienne , il n'avoit obtenu aucune réussite. Convaincus de son avantage , la pluspart des praticiens Pont adoptée , 6k la mettent en usage avec

succès.

ïl n'y a plus aujourd'hui qu'un petit nombre de maréchaux , guidés par une routine aveugle , qui s'avisent d'appliquer des caustiques, ou qui mettent le feu , soit par raies, soit par pointes. Comme ces moyens n'ouvrent pas une issue à la matière., òk ne l'empêchent point de séiourner, il en résulte les mêmes inconvéniens 6k les mêmes ravages; le javart encorné oui étoit susceptible de guérison , devient incurable par leur entêtement*

D'autres coupent le cartilage par parties, 6k à mesure qu'il se gâte , dans l'espérance

(T O- O- p-