Búsqueda enTodo Gallica

Forma de búsqueda Todo Gallica

    Búsqueda en Libros

    Forma de búsqueda Libros

      Búsqueda en Manuscritos

      Forma de búsqueda Manuscritos

        Búsqueda en Mapas

        Forma de búsqueda Mapas

          Búsqueda en Imágenes

          Forma de búsqueda Imágenes

            Búsqueda en Prensa y revistas

            Forma de búsqueda Prensa y revistas

              Búsqueda en Sonido

              Forma de búsqueda Sonido

                Búsqueda en Partituras

                Forma de búsqueda Partituras
                  Cerrar esta ventana
                  Ninguna palabra en la búsqueda. Por favor, rellene con una expresión.
                  Cerrar esta ventana
                  Inicio Consulta

                  Registro completo

                  Fermer

                  Titre : Cours d'hippiatrique, ou Traité complet de la médecine des chevaux ... par M. Lafosse,...

                  Auteur : Lafosse, Philippe-Étienne (1738-1820)

                  Date d'édition : 1772

                  Type : monographie imprimée

                  Langue : Français

                  Format : [6]-XI-XVII-[1]-402-[6] p. : pl. et portrait ; in-fol.

                  Format : application/pdf

                  Droits : domaine public

                  Identifiant : ark:/12148/bpt6k55623527

                  Source : Bibliothèque nationale de France, département Réserve des livres rares, FOL-TG19-67

                  Relation : http://catalogue.bnf.fr/ark:/12148/cb30717049t

                  Provenance : bnf.fr

                  Date de mise en ligne : 21/09/2009

                  Cerrar esta ventana
                  Primera página Página anterior Página
                  Página siguiente Última página (Vista 252 / 564)
                  Descargar / De impresión
                  Fermer la popin

                  Descargar

                  Tiene la posibilidad de obtener varias páginas de este documento en versión electrónica. Este archivo puede ser en formato Acrobat PDF, JPEG o txt (texto no estructurado). Usted puede ver el documento en los diferentes formatos e imprimirlos.

                  Escoja el formato :
                  PDF
                  JPEG(Sólo una página a la vez)
                  txt


                  Choisissez de télécharger :
                  el documento entero
                  una selección


                  Al marcar esta casilla, reconozco haber leído términos de uso y las acepto.

                  Cerrar esta ventana
                  Contribuir

                  Informe de una anomalía

                  Quieres reportar una anomalía en el siguiente documento :

                  Título : Cours d'hippiatrique, ou Traité complet de la médecine des chevaux ... par M. Lafosse,...

                  Autor : Lafosse, Philippe-Étienne (1738-1820)

                  Url del documento : http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k55623527/f252.image


                  Merci de décrire l'anomalie rencontrée le plus précisément possible, grâce aux propositions ci-dessous et/ou à la zone de commentaires.


                  Nature du problème :

                  Données bibliographiques erronées

                  Incohérence entre les données bibliographiques et le document affiché

                  Image(s) floue(s) ou tronquée(s)

                  Document incomplet ou page(s) manquante(s) :

                  Table des matières incohérente ou incomplète

                  Problème de téléchargement

                  Document inaccessible

                  zoom

                  OCR/texte

                  mode écoute

                  Pantalla completa

                  autres (à préciser dans la rubrique Commentaires)

                  Autres (à préciser dans la rubrique Commentaires)


                  Commentaires :



                  Laissez nous votre courriel afin que nous puissions vous répondre:


                  Copia los caracteres de la imagen

                  Los personajes no se ajustan a la imagen mostrada

                  Cerrar esta ventana
                  Comprar una reimpresión
                  Fermer la popin

                  Comprar una reimpresión

                  Este documento puede ser "reimpreso de manera idéntica" bajo forma de libro por el (los) partenario(s) siguiente(s) :
                  TheBookEdition IkiosqueEdilivre

                  Cerrar esta ventana

                  Enviar por correo electrónico

                  Fermer
                  Un correo electrónico acaba de ser enviado al destinatario Lo lamentamos, hubo un error en el envío por correo electrónico anterior. Reinténtelo de nuevo.
                  Cerrar esta ventana

                  Search module

                  Click here to toogle the search panel

                  Search results

                  Búsqueda en esta obra

                  El texto que esta viendo puede presentar algunos errores.

                  Ha siido generado por O.C.R. El nivel de reconocimiento obtenido en este documento es de 92,92 %.




                  SPLANCHNOLOGIE. 137

                  >st composé de la substance corticale 6k de la substance médullaire : cette première est plus

                  :onsidérable. En général le cervelet est plus dur èk plus ferme que le cerveau. Si l'on

                  partage le cervelet par une coupe verticale dans toute l'étendue de son lobe moyen, jusqu'à

                  la moelle allongée , on considère , dans chaque portion , un arrangement fymmétrique

                  e la substance corticale avec la médullaire , d'où résulte la représentation d'un arbre

                  épourvu de ses feuilles, ce qui lui a fait donner, par les anatomistes, le nom d'arbre de

                  vje H est formé par la substance médullaire du cervelet qui , en s'entrelaçant avec la

                  substance corticale , lui imprime cette figure. Au-dessous du cervelet, 6k de cette portion

                  de substance médullaire , qui sert de base à l'arbre de vie , que l'on appelle pédicule du

                  cervelet, se trouve une demi-gouttière, qui n'est autre chose que le troisième ventricule

                  décrit plus haut.

                  [C] DE LA MOELLE ALLONGÉE,

                  La moelle allongée est la troisième partie de la cervelle qui se trouve située inférieure-
                  [ ment au cerveau ck au cervelet, couchée le long du corps de l'os sphénoïde, èk le long de
                  l'apophyse cunéiforme de l'occipital. On ne peut la regarder que comme le résultat de la
                  substance médullaire du cerveau èk du cervelet. Afin de la bien considérer , il faut déta-
                  cher la cervelle du crâne èk la renverser. La moelle allongée s'étend depuis les couches des
                  nerfs optiques jusqu'à la moelle épinière , jusqu'à cet étranglement produit par l'occipital
                  èkla première vertèbre. Sa figure est celle d'un Y grec. C'est elle qui produit les nerfs qui
                  partent du cerveau : outre les nerfs , 011 y observe cinq éminences , dont deux divisées
                  comme en deux branches, font nommées bras ou cuisse : au-dessous, à leur réunion, se voit
                  une éminence annulaire transversale , qu'on a appellée pont de Varole. Au-dessous de cette
                  troisième font placées deux petites éminences peu marquées, il est vrai, èk connues fous
                  le nom d'éminences olivaires. La fin ou le reste de la moelle allongée s'appelle la queue :
                  On distingue, fur cette partie , différentes cannelures èk une demi-gouttière qui verse la
                  sérosité du quatrième ventricule , en partie le long de la moelle épinière.

                  Nous avons cru devoir nous arrêter ici , èk ne pas entrer dans un plus long détail fur
                  le cerveau ; persuadés qu'il ne falloit présenter aux maréchaux èk aux amateurs de vétérinaire
                  ;<]ue ce qu'il y a de plus exact èk de plus vrai; car ce que l'on auroit pu ajouter de plus
                  eut été inutile pour les uns èk les autres.

                  Quant à l'usage de la cervelle en général, il est probable [ car on n'a encore rien de bien
                  démontré sur cet objet ] que c'est le siège du mouvement. L'expérience ne le prouve que
                  trop tous les jours. En effet, si dans une opération, ou par quelqu'autre accident, les
                  nerts sont coupés , ne voit-on pas arriver dans le moment une cessation de mouvement :
                  011 a donc droit d'en conclure l'existence d'un fluide animal, qui , par le moyen des nerfs,
                  : a porter le sentiment aux muscles , èk qui sert à les faire mouvoir.


                  Source: gallica.bnf.fr / Bibliothèque nationale de France, département Réserve des livres rares, FOL-TG19-67

                  Compartir este documento

                  Permalink hacia este documento

                  Permalink hacia está página
                  Reproductor exportable

                  Estampilla exportable
                  Enviar por correo electrónico

                  Blogs y redes sociales