Your request:


Downloading format: : Texte

Screens 223 à 223 sur 564

Nombre de pages: 1

Full bibliographic record:

Titre : Cours d'hippiatrique, ou Traité complet de la médecine des chevaux . Orné de soixante & cinq planches gravées avec soin. Par M. Lafosse,...

Auteur : Lafosse, Philippe-Étienne (1738-1820). Auteur du texte

Éditeur : A Paris, chez Edme, libraire, rue des Carmes, au College de Presle. Et chez l'auteur, rue de l'Eperon. M. DCC. LXXII. Avec privilege du roi.

Date d'édition : 1772

Sujet : Cheval -- Anatomie -- Ouvrages de référence

Sujet : Cheval -- Maladies -- Ouvrages de référence

Type : monographie imprimée

Langue : Français

Langue : language.label.français

Format : [6]-XI-[1]-XVII-[1]-402-VI p., LXV f. de pl. : ill. ; in-fol.

Format : application/pdf

Format : Nombre total de vues : 564

Droits : domaine public

Identifiant : ark:/12148/bpt6k55623527

Source : Bibliothèque nationale de France, département Réserve des livres rares, FOL-TG19-67

Relation : http://catalogue.bnf.fr/ark:/12148/cb30717049t

Provenance : Bibliothèque nationale de France

Date de mise en ligne : 21/09/2009

The text below has been produced using a process called optical character recognition (OCR)
Since it is an automatic process, it is subject to errors you might find in this page. The O.C.R. ratio for this document is 93


ANGÉIOLOGIE. 133

ARTICLE DEUXIÈME.

DES VEINES EN GÉNÉRAL.

Es veines sont des vaisseaux destinés à rapporter au coeur ìe sang qui a été distribué dans toutes les parties du corps par les artères. Leurs situations sont à peu près les nêmes que celles des artères , mais leur nombre est plus considérable ; car non seulement Iles accompagnent les artères ; mais il en est qui sont seules , ce sont pour Pordiìaire les externes , ou celles que l'on apperçoit au-dessous de la peau , 6c où l'on peut saigner. Relativement au cours du sang, il ì^cn est pas des veines comme de l'artère aorte qui se divise , 6c se subdivise en une infinité de ramifications : les veines , au contraire , commencent par de petits vaisseaux qui se rendent dans de plus gros ; ceux-ci dans d'âutres , oui, à leur tour , produisent un gros tronc appelle veine cave.

II est inutile de répéter ici ce que nous avons dit plus haut de la différence qu'il y a entre les artères 6c les veines. Je dirai simplement que les veines sont composées de trois tuniques : la première, la plus extérieure, est membraneuse, 6c d'un tissu de fibres serrées, k. rangées en tout sens : la deuxième est cellulaire, 6c ne mérite pas le nom de membrane ; elle unit simplement la première avec la troisième, qui est veloutée. L'inspection de cette troisième membrane intérieurement est à peu près de la même nature que celle des artères j on y distingue de même une liqueur mucilagineuíè qui induit la paroi interne de ces vain 1 eaux.

Les veines n'ont point, comme les artères , le mouvement de systole 6c de diastole , mouvement qui sert au cours du sang ; mais les veines sont entre-coupées intérieurement, d'espace en espace , de petites cloisons membraneuses nommées valvules , faites en manière de panier de pigeon , 6c posées en dedans de la veine ; de façon que le sang des extrémités, cn remontant, affaisse cette soupape, mais ce fluide, par son poids, couvre cette valvule, 6c cn bouche totalement le passage.

11 y a ordinairement trois valvules ensemble qui occupent chacune un tiers du vaisseau, ferment totalement le passage au sang , 6c l'empêchent de rétrograder. Elles ne. se trouant pour Pordinaire que dans les veines des extrémités, dans quelques-unes de la tête , fons les jugulaires , proche le col, presque à sa partie moyenne ; les principaux troncs n'en ont pas.

^es veines s'anastomosent avec les artères , ce qui a fait dire qu'elles étoient une continuation des dernières ; il est certain au moins que dans les injections les plus fines, l'on ^couvre non seulement des vaisseaux lymphatiques injectés , mais même les veines.

h faut distinguer trois espèces de veines , qui sont les veines pulmonaires , la veine cave 5 6c la veine porte. La première apporte le sang qui a été distribué au poumon ; la sixième rapporte le sang de presque toute I'habitude du corps ; la troisième reçoit le ang des mésenteriques, de la rate , 6c va se rendre au foie.

DELA V E L N E CAVE.

lh VEINE CAVE, qui reçoit le sang de presque toute I'habitude du corps , s'étend Pll]s la partie antérieure des côtes jusqu'à la cinquième vertèbre lombaire, quelquefois

Ll