Accueil Texte brut
Mode texte Mode écoute
page 165 (vue 258 sur 738)
Page suivante Page précédente  
  Dernière page Première page

ET DE LATARTARÍE CHINOISE. i6e

díté : ils leur en coûte même plus qu'aux * d Peuples les plus polis, ôt qui se picquent f p davantage de luxe & de magnificence. «■ fc Ceux-ci empruntent le poil des animaux, % j & la soye des vers, qu'ils brodent d'or et * T d'argent : çeux-là se servent de leur pro- * M pre peau , sur laquelle ils gravent plu- ■$• t sieurs figures grotesques d'arbres, d'ani- % t maux, de fleurs, &tc. ce qui leur cause ^ t des douleurs si vives,qu'elles seroient ca- * c pables de leur causer la mort, si l'opéra- •§• -< tion se faisoit de suite & sans disconti- % núer.llsy employent plusieurs mois, & ^ 1 quelques-uns une année entière. II faut * ] durant tout ce tems4à venir chaque jour •£ ] se mettre à une espèce de torture, & cela ^ < pour satisfaire le penchant qu'ils ont ^ : de se distinguer de la foule,car il n'est * ; pas permis indifféremment à toutes for- •$• tes de personnes de porter ces traits de .$. magnificence. Ce privilège ne s'accor^- ^ de qu'à ceux qui, au jugement des plus * considérables de la Bourgade, ont fur- •$• passé les autres à la course ou à la chas- ^ ie. ^

Néanmoins tous peuvent se noircir * les dents, porter des pendans d'oreilles, •* des bracelets au-dessus du coude & an- .$. dessus des poignets, des colliers, & des J couronnes de petits grains de diflérentes * couleurs à plusieurs rangs. La couronne ■$■ se termine par une espèce d'aigrette faite $ de plumes de coq ou de faisans, qu'ils ra- ^ massent avec beaucoup de foin. Qu/on * se figure ces bisarres ornemens fur le •# corps d'un homme d'une taille aisée et .$ déliée, d'un teint olivâtre, dont les che- J veux lissez pendent négligemment fur les ^ épaules, armé d'un arc & d'un javelot, < n'ayant pour tout habit qu'une toile de ^ deux ou trois pieds,qui lui entoure le Jj corps depuis la ceinture jusqu'aux ge- * noux , &Ton aura le véritable portrait * d'un brave de la partie Méridionale de * l'Iíle de Formose. \

Dans la partie du Nord , comme le ■ climat y est un peu moins chaud,ils se couvrent de la peau des cerfs qu'ils ont tuez à la chasse i ils s'en fout une efpece Tome h

d'habit fans manches -, de la figuré à peu, près d'une dalmatique. Ils portent un bonnet en forme de cylindre, fait du pied des feuilles de bananiers -, qu'ils ornent de plusieurs couronnes posées les unes fur les autres , & attachées par des bandes fort étroites, ou par de petites tresses de différentes couleurs. Ils ajoutent au-dessus du bonnet, comme ceux du Midi, une aigrette de plumes de coq

i^C -r l

ou de iaiians.

Leurs mariages n Ont rien de barba^ re: on n'achete point les femmes, conpme à la Chine, & on n'a nul égard au bien qu'on peut avoir de part & d'autre -,

■ comme il se pratique en Europe. Les pe[ res & les mères n'y entrent presque pour ; rien.

Lorsqu'un jeune homme veut se mai- rier, & qu'il a trouvé une fille qui lui l agrée , il va plusieurs jours de fuite avec £ un instrument de musique à íà porte : si > la fille en est contente, elle fort & va j oin&. dre celui qui la recherche : ils con vieilli nent ensemble de leurs articles, ensuite | ils en donnent avis à leurs pères &t à leurs

* mères. Ceux-ci préparent le festin des noie ces qui se fait dans la maison de la fille, $. où le jeune homme reste fans retourner

* déformais chez son père. Dès-lors le *• jeune homme regarde la maison de son ^ beau-pere comme la sienne propre, & il % en est le soutien i & la maison de son pro*

pre père n'est plus à son égard, que ce

* qu'elle est à l'égard des filles en Europe > ■p qui quittent la maison paternelle, pour % aller demeurer avec leur époux. Aussi ne

* mettent-ils point leur bonheur à avoir •*■ des enfans mâles,, ils n'aspirent qu'à avoir t des filles , lesquelles leur procurent des J gendres, qui deviennent l'appui de leur

* vieillesse.

* Quoique ces Insulaires soient entie4 rement soumis aux Chinois, ils conser*

vent encore quelques restes de leur an■

* cien gouvernement. Chaque Bourgade ". * se choisit trois ou quatre des plus anciens, t $ qui font le plus en réputation de probité : - **" ils deviennent par ce choix les Chefs &

Tt

Mode texte Mode écoute
page 165 (vue 258 sur 738)
Page suivante Page précédente  
  Dernière page Première page
Accueil Texte brut