Your request:


Downloading format: : Texte

Screens 129 à 129 sur 738

Nombre de pages: 1

Full bibliographic record:

Titre : Description géographique, historique, chronologique, politique et physique de l'Empire de la Chine et de la Tartarie chinoise. Tome 1 / ... Par le P. J.-B. Du Halde,...

Auteur : Du Halde, Jean-Baptiste (1674-1743). Auteur du texte

Auteur : Régis, Jean Baptiste (1663-1738 ; père). Auteur du texte

Éditeur : P.-G. Le Mercier (Paris)

Date d'édition : 1735

Type : monographie imprimée

Langue : Français

Langue : language.label.français

Format : 4 vol. : cartes ; in-fol.

Format : application/pdf

Format : Nombre total de vues : 600

Description : [Description de la Chine (français)]

Description : Comprend : Observations géographiques sur le royaume de Corée

Description : Appartient à l’ensemble documentaire : Sinica1

Droits : domaine public

Identifiant : ark:/12148/bpt6k54962623

Source : Bibliothèque nationale de France, département Philosophie, histoire, sciences de l'homme, FOL-O2N-39 (1)

Relation : http://catalogue.bnf.fr/ark:/12148/cb33990663r

Provenance : Bibliothèque nationale de France

Date de mise en ligne : 15/04/2009

The text below has been produced using a process called optical character recognition (OCR)
Since it is an automatic process, it is subject to errors you might find in this page. The O.C.R. ratio for this document is 84


48 DESCRIPTION DE L'EMPIRE DE LA CHINE,

-&quà l'âge de quarante ans il n'étoit -plus tems de faire son apprentissage des astaires d'Etat ; le Roy lui ordonna d'ac^ -cepter ce Gouvernement, & d'aller incessamment en prendre possession.

Ce Prince, qui, par la sageísè & la douceur de son gouvernement , avoit -gagné le :ceur de tous ses sujets, mourut fans laisser après lui de postérité. Ta mo, que les droits du Sang approchoient le plus ..près du Trône, fut reconnu fans -nulle difficulté de tous les Etats pour le Successeur légitime.

Ce fut un Prince entièrement livré à ses plaisirs. 11 vêcut en paix avec ses voisins ; mais ses emportemens, ses violences, & les cruautez qu'il exerça , le rendirent fi odieux à ses sujets, qu'ils abamdonnoient en foule leur patrie, pour se mettre à couvert de ses continuelles vexations. Ce fut par lui que commença la décadence de ce Royaume.

Le désordre augmenta bien davantage après fa mort : comme il n'a voit point laisse d'enfans, ni nommé de Successeur, un des Ministres gagné par la Reine veuve, fit d'abord proclamer Roy le fils de Paivé son favori, & l'un des plus grands du Royaume.

Au premier bruit qui se répandit du choix qu'on venoit de faire , Kie tou na premier Ministre d'Etat, courut au Pa» lais, & s'y opposa. »La familleRoy ale est» elle donc éteinte, s'écria-t-ii! & n'est-ce » pas un crimede chercherailleurs unRoi? Son zèle lui coûta la vie : on le tua dans le tems qu'il se retiroit»

Cette conduite de la Cour révolta presque tous les esprits ■-, mais ils furent bien plus irritez -, lorsqu'ils apprirent que ce Roy qu'on leur donnoit > n'étoit qu'un enfant de trois ans, dont le nom ne serviroit qu'à autoriser toutes les entreprises du favori. Enfin le parti de la Reine se trouva si puissant à la Cour, qu'on fut contraint de plier, &: de reconnoître ce jeune Prince avec les cérémonies ordinaires. Quand cette nouvelle vint à l'armée,

842.

qui étoit alors près des Frontières -, lé grand Général Lu kpng ge refusa de recevoir les Ordres qui lui furent envoyez de la Cour , & pensa même à se faire Roy.

G'étoit un homme d'une ambition démesurée , fier, plein de son mérite, extrêmement colère, òc souvent cruel 5 mais d'ailleurs il avoit de la bravoure, & del'adreííè, & il étoit capable des plus grandes entreprises. Il saisit donc sans balancer cette occasion de monter fur le Trône. Il fit d'abord courir le bruit qu'il se préparoit à vanger la Maison Royale, en exterminant les usurpateurs de la Couronne : il leva de nouvelles troupes, dont il grossit son armée, & vint en diligence au-devant de celle du nouveau Roy : il la défit entièrement, il prit & pilla Ouei tcheou , & par la jonction d'un grand nombre d'Officiers &de mécontensqui étoient venus le trouver avec leurs troupes , il sè trouva à la tête de cent mille combattans. Il ne s'agissoit plus que de faire entrer les Gouverneurs des Provinces dans son projet , & c'est à quoi il pensa dabord

Cham pi pi étoit un des principaux : il s'étoit fait une grande réputation parmi tous les gens de guerre. Dès qu'il fut charsrédu gouvernement de Tchen tcheou par le Roy Y tai, il s'étoit tellement appliqué à discipliner ses troupes en leur íàiíant faire souvent l'éxercice, & en leur apprenant divers stratagèmes de guerre -y qu'on les regardoit comme les meilleures troupes de l'Etat»

Lu kpng ge voulut le sonder dabord, & après lui avoir écrit une lettre captieuse , il s'avança vers fa Ville» Cham pi pi pénétra le deílèin du Général , & résolut de le traverser. Pour le tromper à son tour, il lui fit une réponse si modeste, que Lu kpng gène douta point qu'il ne l'eût gagné à son parti.

Auísi-tôtaprés le départ du Courrier, Cham pi pi se mit en marche avec toutes ses troupes ; il fit tant de diligence, qu'il arriva presque en même-tems que

ía