Rappel de votre demande:


Format de téléchargement: : Texte

Vues 129 à 129 sur 738

Nombre de pages: 1

Notice complète:

Titre : Description géographique, historique, chronologique, politique et physique de l'Empire de la Chine et de la Tartarie chinoise. Tome 1 / ... Par le P. J.-B. Du Halde,...

Auteur : Du Halde, Jean-Baptiste (1674-1743). Auteur du texte

Auteur : Régis, Jean Baptiste (1663-1738 ; père). Auteur du texte

Éditeur : P.-G. Le Mercier (Paris)

Date d'édition : 1735

Type : monographie imprimée

Langue : Français

Langue : language.label.français

Format : 4 vol. : cartes ; in-fol.

Format : application/pdf

Format : Nombre total de vues : 600

Description : [Description de la Chine (français)]

Description : Comprend : Observations géographiques sur le royaume de Corée

Description : Appartient à l?ensemble documentaire : Sinica1

Droits : domaine public

Identifiant : ark:/12148/bpt6k54962623

Source : Bibliothèque nationale de France, département Philosophie, histoire, sciences de l'homme, FOL-O2N-39 (1)

Relation : http://catalogue.bnf.fr/ark:/12148/cb33990663r

Provenance : Bibliothèque nationale de France

Date de mise en ligne : 15/04/2009

Le texte affiché peut comporter un certain nombre d'erreurs. En effet, le mode texte de ce document a été généré de façon automatique par un programme de reconnaissance optique de caractères (OCR). Le taux de reconnaissance estimé pour ce document est de 84 %.
En savoir plus sur l'OCR


48 DESCRIPTION DE L'EMPIRE DE LA CHINE,

-&quà l'âge de quarante ans il n'étoit -plus tems de faire son apprentissage des astaires d'Etat ; le Roy lui ordonna d'ac^ -cepter ce Gouvernement, & d'aller incessamment en prendre possession.

Ce Prince, qui, par la sageísè & la douceur de son gouvernement , avoit -gagné le :ceur de tous ses sujets, mourut fans laisser après lui de postérité. Ta mo, que les droits du Sang approchoient le plus ..près du Trône, fut reconnu fans -nulle difficulté de tous les Etats pour le Successeur légitime.

Ce fut un Prince entièrement livré à ses plaisirs. 11 vêcut en paix avec ses voisins ; mais ses emportemens, ses violences, & les cruautez qu'il exerça , le rendirent fi odieux à ses sujets, qu'ils abamdonnoient en foule leur patrie, pour se mettre à couvert de ses continuelles vexations. Ce fut par lui que commença la décadence de ce Royaume.

Le désordre augmenta bien davantage après fa mort : comme il n'a voit point laisse d'enfans, ni nommé de Successeur, un des Ministres gagné par la Reine veuve, fit d'abord proclamer Roy le fils de Paivé son favori, & l'un des plus grands du Royaume.

Au premier bruit qui se répandit du choix qu'on venoit de faire , Kie tou na premier Ministre d'Etat, courut au Pa» lais, & s'y opposa. »La familleRoy ale est» elle donc éteinte, s'écria-t-ii! & n'est-ce » pas un crimede chercherailleurs unRoi? Son zèle lui coûta la vie : on le tua dans le tems qu'il se retiroit»

Cette conduite de la Cour révolta presque tous les esprits ?-, mais ils furent bien plus irritez -, lorsqu'ils apprirent que ce Roy qu'on leur donnoit > n'étoit qu'un enfant de trois ans, dont le nom ne serviroit qu'à autoriser toutes les entreprises du favori. Enfin le parti de la Reine se trouva si puissant à la Cour, qu'on fut contraint de plier, &: de reconnoître ce jeune Prince avec les cérémonies ordinaires. Quand cette nouvelle vint à l'armée,

842.

qui étoit alors près des Frontières -, lé grand Général Lu kpng ge refusa de recevoir les Ordres qui lui furent envoyez de la Cour , & pensa même à se faire Roy.

G'étoit un homme d'une ambition démesurée , fier, plein de son mérite, extrêmement colère, òc souvent cruel 5 mais d'ailleurs il avoit de la bravoure, & del'adreííè, & il étoit capable des plus grandes entreprises. Il saisit donc sans balancer cette occasion de monter fur le Trône. Il fit d'abord courir le bruit qu'il se préparoit à vanger la Maison Royale, en exterminant les usurpateurs de la Couronne : il leva de nouvelles troupes, dont il grossit son armée, & vint en diligence au-devant de celle du nouveau Roy : il la défit entièrement, il prit & pilla Ouei tcheou , & par la jonction d'un grand nombre d'Officiers &de mécontensqui étoient venus le trouver avec leurs troupes , il sè trouva à la tête de cent mille combattans. Il ne s'agissoit plus que de faire entrer les Gouverneurs des Provinces dans son projet , & c'est à quoi il pensa dabord

Cham pi pi étoit un des principaux : il s'étoit fait une grande réputation parmi tous les gens de guerre. Dès qu'il fut charsrédu gouvernement de Tchen tcheou par le Roy Y tai, il s'étoit tellement appliqué à discipliner ses troupes en leur íàiíant faire souvent l'éxercice, & en leur apprenant divers stratagèmes de guerre -y qu'on les regardoit comme les meilleures troupes de l'Etat»

Lu kpng ge voulut le sonder dabord, & après lui avoir écrit une lettre captieuse , il s'avança vers fa Ville» Cham pi pi pénétra le deílèin du Général , & résolut de le traverser. Pour le tromper à son tour, il lui fit une réponse si modeste, que Lu kpng gène douta point qu'il ne l'eût gagné à son parti.

Auísi-tôtaprés le départ du Courrier, Cham pi pi se mit en marche avec toutes ses troupes ; il fit tant de diligence, qu'il arriva presque en même-tems que

ía