Rappel de votre demande:


Format de téléchargement: : Texte

Vues 51 à 51 sur 950

Nombre de pages: 1

Notice complète:

Titre : Comptes rendus hebdomadaires des séances de l'Académie des sciences. Série D, Sciences naturelles

Éditeur : Gauthier-Villars (Paris)

Date d'édition : 1979-10

Type : texte

Type : publication en série imprimée

Langue : Français

Format : application/pdf

Description : 1979/10 (T289,PART2)-1979/12.

Droits : domaine public

Identifiant : ark:/12148/bpt6k5496019d

Source : Archives de l'Académie des sciences

Relation : http://catalogue.bnf.fr/ark:/12148/cb34383065d

Relation : http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/cb34383065d/date

Provenance : Bibliothèque nationale de France

Date de mise en ligne : 01/12/2010

Le texte affiché peut comporter un certain nombre d'erreurs. En effet, le mode texte de ce document a été généré de façon automatique par un programme de reconnaissance optique de caractères (OCR). Le taux de reconnaissance estimé pour ce document est de 97 %.
En savoir plus sur l'OCR


C. R. Acad. Se. Paris, t. 289 (1er octobre 1979) Série D - 551

Cela conduit généralement à sous-estimer la mortalité aux concentrations inférieures à la CL 100.

Le deuxième groupe d'essais en rivière, en vraie grandeur, a donné les résultats exposés tableau II. Avec 0,1.10_6/10 mn, la mortalité est partielle et irrégulière, certains endroits du gîte étant beaucoup plus atteints que d'autres. Par contre, à 0,2.10"6/10 mn, on obtient toujours 100 % de mortalité sur l'ensemble des Simulidae.

Ces essais confirment sur le terrain la forte toxicité de Bacillus thuringiensis var. israelensis pour les larves de S. damnosum s.l. précédemment mise en évidence au laboratoire. La poudre R 153-78, non formulée, est plus toxique pour les larves de Simulies que les composés organiques de synthèse tels que le téméphos (OMS 786) ou le chlorphoxim (OMS 1197) formulés en poudres mouillables. On peut penser qu'une formulation adéquate améliorerait encore son efficacité.

TABLEAU II

Mortalité en 24 h de l'ensemble des larves de Simulies par traitement en vraie grandeur de la rivière Goué avec B. thuringiensis var. israelensis.

Concentrations de R 153-78 (10^710 mn) (m3/s) 0,1 0,2

Essai du 6 avril 1979... 1,3 Mortalité partielle

et irrégulière Essai du 5 avril 1979. . . 1,8 - 100 % de mortalité

Essai du 18 mai 1979... 1,2 - 100% de mortalité

Ces essais confirment également la spécificité très marquée du sérotype H14 israelensis à l'égard des larves de certains Diptères. Comme dans le cas des Moustiques, les autres sérotypes connus de B. thuringiensis spécifiques des Lépidoptères, n'ont sur les Simulies qu'une très faible activité. Ainsi, la plus forte mortalité observée par Lacey et Mulla [8] sur S. vittatum avec 13 autres de ces souches a été de 88% pour une concentration massive de 10.10~ 6 en traitement de 24 h.

Cette spécificité de B. thuringiensis var. israelensis est vraisemblablement liée à la nature de ses cristaux responsables de sa toxicité. Des tests immunologiques par précipitation en gel d'Ouchterlony démontrent en effet l'absence de parenté antigénique entre la protéine des cristaux du sérotype H14 var. israelensis et celles des cristaux des autres sérotypes pathogènes essentiels des Lépidoptères.

Les sérums anti-cristaux H14 ne réagissent pas avec les cristaux de ces autres sérotypes et vice-versa. En outre, l'analyse quantitative de la composition en acides aminés des cristaux de la variété israelensis montre qu'elle est différente de celle des cristaux des autres variétés étudiées jusqu'à présent.

Jointe à ses remarquables propriétés, l'innocuité de B. thuringiensis var. israelensis pour les Mammifères, les Poissons et la faune non cible en général, en fait un insecticide biologique de premier plan pour le contrôle des larves de Simulies. Les recherches continuent dans le but d'une éventuelle utilisation à grande échelle dans les campagnes de lutte contre l'Onchocercose entreprises en Afrique de l'Ouest par l'O.M.S.

(*) Remise le 17 septembre 1979.

[1] H. DE BARJAC, Comptes rendus, 286, série D, 1978, p. 797. [2] H. DE BARJAC, Comptes rendus, 286, série D, 1978, p. 1175. [3] H. DE BARJAC, Entomophaga, 23, 1978, p. 309.