Rappel de votre demande:


Format de téléchargement: : Texte

Vues 221 à 221 sur 950

Nombre de pages: 1

Notice complète:

Titre : Comptes rendus hebdomadaires des séances de l'Académie des sciences. Série D, Sciences naturelles

Éditeur : Gauthier-Villars (Paris)

Date d'édition : 1979-10

Type : texte

Type : publication en série imprimée

Langue : Français

Format : application/pdf

Description : 1979/10 (T289,PART2)-1979/12.

Droits : domaine public

Identifiant : ark:/12148/bpt6k5496019d

Source : Archives de l'Académie des sciences

Relation : http://catalogue.bnf.fr/ark:/12148/cb34383065d

Relation : http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/cb34383065d/date

Provenance : Bibliothèque nationale de France

Date de mise en ligne : 01/12/2010

Le texte affiché peut comporter un certain nombre d'erreurs. En effet, le mode texte de ce document a été généré de façon automatique par un programme de reconnaissance optique de caractères (OCR). Le taux de reconnaissance estimé pour ce document est de 97 %.
En savoir plus sur l'OCR


C. R. Acad. Se. Paris, t. 289 (29 octobre 1979)

Série D - 709

élevées. Au Nigeria, les granités hypercalins n'ont subi qu'une seule phase hydrothermale, essentiellement sodique ([8], [14]). Ils présentent un fort enrichissement en Rb, et une élévation du rapport initial 87Sr/86Sr. Ces hautes valeurs sont proches de celles des roches du socle panafricain aux époques de mise en place des complexes anorogéniques ([3], [111).

Le modèle retenu, illustré par la figure 3, est le suivant :

1° aux températures immédiatement subsolidus, les phases hydrothermales fluorées provoquent une albitisation intense, un fort enrichissement en Rb, un lessivage de 87Sr du socle et une réhomogénéisation isotopique plus ou moins complète selon l'abondance des fluides. On peut distinguer deux étapes :

? début d'action des fluides, sans enrichissement notable en Rb (Amo);

? enrichissement important en Rb, réhomogénéisation isotopique plus complète (granité à albite riébeckite de Ririwai).

2° à plus basses températures, des phases hydrothermales plus tardives peuvent intervenir (granité à biotite de Ririwai) et maintenir le système Rb/Sr ouvert (isochrone véritable donnant l'âge des phases de minéralisations) provoquant une différenciation locale en Rb : veines minéralisées appauvries en Rb et épontes très enrichies, sans modification notable du rapport 87Sr/86Sr;

Fig. 3. ? Diagramme Rb-87Sr/86Sr initial dans les complexes acides anorogéniques. Légende : (1), champ des granités anorogéniques non minéralisés (Nigeria, Corse, Gardar, New Hampshire); (2), assez forte minéralisation dispersée (Nb, Th, TR lourdes) en milieu hyperalumineux; (3), très forte minéralisation dispersée (Nb) en milieu hyperalcalin; (4), minéralisation tardive en veines (Zn, Sn, TR légères, Cu, Pb) en milieu hyperalumineux : gr, greisen; ep, épontes des greisens; (5), transformation hydrothermale de toit de filon annulaire sans minéralisation.

TABLEAU

Nombre Age

Intrusion d'échantillons (M.A.) 87Sr/86Sr initial

Ririwai : Granophyre à arfvedsonite-fayalite +granité à

arfvedsonite-riébeckite 5 171 + 5 0,708 + 0,015 (")

Granité à albite-riébeckite 5 172 + 5 0,752 + 0,021 (")

Granité à albite-riébeckite sans échantillons

riches en Sr 3 184 0,208 ( ? )

?.,... (7 167 + 2 0,729+0,009 (")

Granité a biotite <

l 10 168 ±2 0,728 + 0,007

Granité à biotite sans l'échantillon riche en Sr . 9 168 + 1 0,726 + 0,007

Amo : Granité à arfvedsonite-biotite 6 161+3 0,721+0,004

Tous les âges ont été calculés avec la constante X = 1,42.10 "an '. (") régressions calculées par O. Van Breemen et coll., 1975.