Rappel de votre demande:


Format de téléchargement: : Texte

Vues 174 à 174 sur 950

Nombre de pages: 1

Notice complète:

Titre : Comptes rendus hebdomadaires des séances de l'Académie des sciences. Série D, Sciences naturelles

Éditeur : Gauthier-Villars (Paris)

Date d'édition : 1979-10

Type : texte

Type : publication en série imprimée

Langue : Français

Langue : language.label.français

Format : application/pdf

Format : Nombre total de vues : 97252

Description : 1979/10 (T289,PART2)-1979/12.

Droits : domaine public

Identifiant : ark:/12148/bpt6k5496019d

Source : Archives de l'Académie des sciences

Relation : http://catalogue.bnf.fr/ark:/12148/cb34383065d

Relation : http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/cb34383065d/date

Provenance : Bibliothèque nationale de France

Date de mise en ligne : 01/12/2010

Le texte affiché peut comporter un certain nombre d'erreurs. En effet, le mode texte de ce document a été généré de façon automatique par un programme de reconnaissance optique de caractères (OCR). Le taux de reconnaissance estimé pour ce document est de 97 %.
En savoir plus sur l'OCR


664 - Série D C. R. Acad. Se. Paris, t. 289 (22 octobre 1979)

Chez ce Champignon, les croisements entre souches de types sexuels complémentaires peuvent être réalisés de deux manières. Par spermatisation, il n'y a pas de contact cytoplasmique entre les deux souches parentales et on observe une hérédité strictement maternelle aussi bien pour les gènes mitochondriaux [12] que pour les états cytoplasmiques (s) et (ss) [10]. Par confrontation, les deux souches parentales sont cultivées sur la même boite de Pétri et les anastomoses qui s'établissent permettent le mélange de leurs cytoplasmes et le passage éventuel de « particules » cytoplasmiques. On sait par ailleurs que les noyaux ne migrent pas dans ces conditions.

Lors de confrontations entre souches (s) et (ss) on a montré le très fort pouvoir de contagion de l'état cytoplasmique (s) [10]. Il a également été montré en utilisant des mutations mitochondriales l'existence de réassociations nucléo-mitochondriales lors des confrontations et la possibilité de migration des mitochondries ([12], [13]). _

Des descriptions plus détaillées des propriétés génétiques et physiologiques du système (s)/(ss) et du mutant mitochondrial cap' 1 peuvent être trouvées dans les références [10], [11] et [12] respectivement.

Principe des expériences de confrontation. Cette figure illustre, sur un exemple, le principe des expériences dont les résultats sont donnés dans le tableau. Les deux mycéliums confrontés diffèrent par deux couples d'allèles nucléaires : mt + /mt— contrôlent le type sexuel, sp 37/sp 37+ (ou 352/ 352+ ) la couleur (blanche/noire) des périthèces. Deux types de périthèces se développent dans un tel croisement : des périthèces blancs (O) issus de la fécondation d'un ascogone portant l'allèle mutant sp 37 (ou 352) par une micro onidie portant l'allèle sauvage sp 37 + (ou 352+ ), et des périthèces noirs (•) résultant de l'événement réciproque. Les deux souches confrontées diffèrent également par leur cytoplasme l'une porte le gène mitochondrial cap' 1 l'autre son allèle cap" 1 contrôlant la résistance/sensibilité au chloramphénicol; enfin chacune des souches peut être dans l'état cytoplasmique (s) ou (ss) (une seule des situations est représentée). La mesure de l'échange des facteurs cytoplasmiques au travers des anastomoses se fait : 1° par analyse du contenu des périthèces, 2° par l'analyse des thalles issus de semis (D) prélevés de part et d'autre de la ligne de confrontation. Les thalles issus de la germination des spores prélevées dans les périthèces ou issus des semis prélevés sur le mycélium sont repiqués sur un milieu contenant du chloramphénicol (4g/l) permettant d'apprécier leur résistance et sur un milieu dépourvu de chloramphénicol sur lequel ils sont confrontés à un mycélium de génotype S ; la présence ou l'absence de « barrage » manifestation de l'incompatibilité cytoplasmique dans ces confrontations permet de distinguer les états (s) et (ss).

RÉSULTATS. — Le principe des expériences réalisées est schématisé sur la figure.

En confrontant des thalles différents à la fois par leur « état cytoplasmique » (s) ou (ss) et par leurs mitochondries capr 1 ou caps 1 nous avons tenté de mettre en évidence une relation possible entre ces deux caractères cytoplasmiques. Nous avons mesuré l'efficacité du passage à travers les anastomoses et l'étendue de la migration dans le mycélium du marqueur mitochondrial caps 1 et du facteur s d'incompatibilité. Ceci a été fait pour les deux associations possibles (cis et trans) des deux facteurs (situation 2 et 3 du tableau),de plus nous avons mesuré le passage du marqueur mitochondrial dans les deux situations où les souches confrontées étaient dans le même état cytoplasmique (ss) ou (s) (situation