Rappel de votre demande:


Format de téléchargement: : Texte

Vues 109 à 109 sur 663

Nombre de pages: 1

Notice complète:

Titre : Église Saint-Merry de Paris : histoire de la paroisse et de la collégiale, 700-1910 / par M. l'abbé Baloche,...

Auteur : Baloche, Constant (1856-1918)

Éditeur : C. Baloche (Paris)

Date d'édition : 1912

Sujet : Paris (France) -- Église Saint-Merry

Sujet : Paroisse Saint-Merry (Paris) -- Histoire

Type : monographie imprimée

Langue : Français

Format : 2 vol. (VII-620 p.-[8] f. de pl.-[2] f. de dépl., 836 p.-[8] f. de pl.) : portraits, ill., plans, cartes, tabl. ; 25 cm

Format : application/pdf

Droits : domaine public

Identifiant : ark:/12148/bpt6k5489765q

Source : Bibliothèque nationale de France, département Philosophie, histoire, sciences de l'homme, 8-LK7-37617 (1)

Relation : http://catalogue.bnf.fr/ark:/12148/cb34219523p

Provenance : Bibliothèque nationale de France

Date de mise en ligne : 25/05/2009

Le texte affiché peut comporter un certain nombre d'erreurs. En effet, le mode texte de ce document a été généré de façon automatique par un programme de reconnaissance optique de caractères (OCR). Le taux de reconnaissance estimé pour ce document est de 96 %.
En savoir plus sur l'OCR


90 EGLISE SAINT-MERRY DE PARIS.

De même pour le vicariat du grand autel de Saint-Merry, « la haute vicairie ». Le chefeier et les chanoines présentent le sujet, lui donncnti'habit et le reçoivent en la forme ordinaire des autres chanoines, quand le Chapitre de Paris lui a accordé la provision. Des liasses de procès-verbaux pour la haute vicairie de Saint-Merry sont conservées aux Archives' Toutefois ce haut vicaire est révocable « ad nutum » par le chefeier. Quelques noms de ces petits personnages : Dathiot, Monteclorc, Pierre Ton char t; Germain Le Moync, 19 septembre 1570, son bénéfice fut déclaré vacant par sa trop grande absence, « proplernimiam absentiam »; René Loriot, Julien deCommart, 1574, Marc de Tulles, docteur en droits, 15 mars 1683, etc. Ainsi que les autres membres du clergé parisien, les bénéliciers vcnaienl un peu de tous les diocèses de France, surtout des diocèses voisins, de Chartres, de Rouen, d'Avranchcs, de Baycux, de Chàlons, etc.

Voici une lettre do provision pour un bénéficier:

Anno 1393, 18 februarii. Data est licentia D. P. de Mesnilio ut ferai habitum ecclesiae in S' 0 Medericoel ibidem ministrelsacramenla ccclesiaslica, et hoc ad resquestam lllustrmae DnM Roginae franco ni m quae super hoc scripsit Capitulo, ibidemque missa celebret et confessiones audiat el praocepta ecclesiae diebus donunicis elaliis consuetis fncienda el coelera ltujus modi quae I). P. Rclhosse aller firmariorum ipsius ecclesiae S. Mederici sibi praecipielusque ad Quasimodo proximam.

1393, 18 février. ? Pouvoir est donné au S'' P. du Mesnil de porter l'habit de l'église, à Saint-Merry, d'y administrer les sacrements, et ceci à la requête de l'HIiisl1"" Dme Reine de France qui a écrit à ce sujet au Chapitre; pouvoir aussi dédire la messe à Saint-Morry cld'y entendre les confessions, avec obligation d'observer, dimanches et autres jours ordinaires, les règlements de l'église cl tout ce que lui commandera leSr P. Belhossc, l'un des bénéliciers administrateurs, jusqu'à la Quasimodo prochaine.