Rappel de votre demande:


Format de téléchargement: : Texte

Vues 69 à 69 sur 324

Nombre de pages: 1

Notice complète:

Titre : Revue française de psychanalyse : organe officiel de la Société psychanalytique de Paris

Auteur : Société psychanalytique de Paris

Éditeur : G. Doin et Cie (Paris)

Éditeur : Presses universitaires de France (Paris)

Date d'édition : 1992-04

Type : texte

Type : publication en série imprimée

Langue : Français

Format : application/pdf

Description : 1992/04 (T56,N2)-1992/06.

Description : Appartient à l?ensemble documentaire : Pam1

Droits : domaine public

Identifiant : ark:/12148/bpt6k5448842n

Source : Bibliothèque Sigmund Freud, 8-T-1162

Relation : http://catalogue.bnf.fr/ark:/12148/cb34349182w

Relation : http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/cb34349182w/date

Provenance : Bibliothèque nationale de France

Date de mise en ligne : 03/12/2008

Le texte affiché peut comporter un certain nombre d'erreurs. En effet, le mode texte de ce document a été généré de façon automatique par un programme de reconnaissance optique de caractères (OCR). Le taux de reconnaissance estimé pour ce document est de 100 %.
En savoir plus sur l'OCR


Psychanalyse et psychopathologie de l'enfant :

rester psychanalyste

Serge LEBOVICI

Les psychiatres d'enfants tendent à abandonner l'étude psychopathologique des troubles pour lesquels ils sont consultés ; ils se contentent de les objectiver et de les comparer en les classant selon les méthodes préconisées par la classification américaine dite DSM III : celle-ci vise à définir les troubles par des critères comportementaux, donc « objectifs ».

Les troubles ainsi décrits ne feraient l'objet d'aucune approche théorique. En fait cette assertion est exacte, si l'on veut dire que ces critères ne couvrent aucune approche nosographique. Mais leur utilisation dispense aussi de toute considération psychopathologique.

Historiquement, l'essor du DSM III et de ses révisions, encore en cours, correspond au recul des perspectives dites psycho-dynamiques aux Etats-Unis. L'accent mis au contraire sur des données génétiques et biologisantes du développement, de la psychologie expérimentale et des recherches neurobiologiques tend à condamner toute recherche clinique. L'idéal des recherches viserait alors à relier tous les comportements observés à un état spécifique du système nerveux, suivant une perspective modulaire du fonctionnement mental (J. Fodor, 1979).

Ce mouvement à prétentions étiologiques s'est beaucoup appuyé sur la définition de soi-disant entités morbides comme les « troubles de l'attention » (Attention déficit disorders) 1. Lorsque le trouble a été repéré, il faut des échelles pour l'objectiver et en étudier l'intensité. En ce qui concerne l'enfant qu'il est alors pratique1.

pratique1. ADD. Il est d'ailleurs remarquable qu'on ne puisse plus lire un travail sans être encombré de sigles qui veulent dénommer des troubles ou une échelle pour les étudier.

Rev. franç. Psychanal, 2/1992