Rappel de votre demande:


Format de téléchargement: : Texte

Vues 140 à 140 sur 324

Nombre de pages: 1

Notice complète:

Titre : Revue française de psychanalyse : organe officiel de la Société psychanalytique de Paris

Auteur : Société psychanalytique de Paris

Éditeur : G. Doin et Cie (Paris)

Éditeur : Presses universitaires de France (Paris)

Date d'édition : 1992-04

Type : texte

Type : publication en série imprimée

Langue : Français

Format : application/pdf

Description : 1992/04 (T56,N2)-1992/06.

Description : Appartient à l’ensemble documentaire : Pam1

Droits : domaine public

Identifiant : ark:/12148/bpt6k5448842n

Source : Bibliothèque Sigmund Freud, 8-T-1162

Relation : http://catalogue.bnf.fr/ark:/12148/cb34349182w

Relation : http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/cb34349182w/date

Provenance : Bibliothèque nationale de France

Date de mise en ligne : 03/12/2008

Le texte affiché peut comporter un certain nombre d'erreurs. En effet, le mode texte de ce document a été généré de façon automatique par un programme de reconnaissance optique de caractères (OCR). Le taux de reconnaissance estimé pour ce document est de 100 %.
En savoir plus sur l'OCR


458 Guy Rosolato

Ainsi les découvertes initiales de Freud concernant l'inconscient, le processus primaire et leurs rapports avec les représentations, l'usage original qu'il a inauguré du langage et de la parole s'avèrent dans leur développement même.

On peut maintenant envisager les rapports entre l'inconscient et le préconscient-conscient en fonction de deux systèmes nécessairement intriqués ayant chacun deux versants : l'un oppose l'analogique au digital (le sémiotique au langage verbal), l'autre oppose la métonymie à la métaphore. Les analyses tiennent compte dès lors de quatre pôles combinatoires — métaphore digitale (MD), métonymie digitale (mD), métaphore analogique (MA) et métonymie analogique (mA) — qui forment un quadrilatère comportant entre eux six relations.

LA DYNAMIQUE DE LA PAROLE ANALYTIQUE

A- La cohérence métonymique, l'ellipse et le déplacement

La parole engagée dans la relation transférentielle a une force progressive qui est celle même de la chaîne signifiante propulsée dans sa cohérence métonymique propre à l'activité de pensée, mais en outre chargée d'une quête portant sur les mécanismes psychiques les plus intimes révélés par la libre association et dont les résultats sont supputés à l'avance.

1 / Il en résulte une mise en mémoire de tout ce qui peut se dire dans le cadre de l'analyse, et ceci dans une visée de prospection ultérieure et toujours en cours. Ces acquis mémoriels faits de signifiants sont en attente d'une continuelle réorganisation pour évoluer vers un autre sens ou un plus de sens ou, au contraire, pour apparaître moins assurés ou énigmatiques.

Ainsi doit-on concevoir les deux potentialités de l'inconscient présentes en toute pensée, en toute parole, l'une, négative, comme fuite, déperdition de sens, et l'autre, positive, comme découverte d'un sens refoulé, que fait advenir la parole 1.

2 / A partir de cette chaîne en croissance vont rapidement apparaître certaines constantes qui renforcent la cohérence métonymique. Et la référence au passé, le rappel des souvenirs « suggèrent » un déterminisme, l'état présent résultant et s'expliquant par l'état ancien, avec les traumatismes subis, par exemple, si fréquemment invoqués. Mais la composition des souvenirs qui part incontestablement de faits réels, accomplis (à moins qu'ils ne soient eux-mêmes le fruit

1. Cf. mon texte « La double potentialité de l'inconscient », dans Psychanalyse à l'Université, 1990, n° 59, p. 3-12.