Rappel de votre demande:


Format de téléchargement: : Texte

Vues 193 à 193 sur 246

Nombre de pages: 1

Notice complète:

Titre : La Fontaine (Cinquième éd.) / par Émile Faguet,...

Auteur : Faguet, Émile (1847-1916)

Éditeur : Librairie H. Lecène et H. Oudin (Paris)

Date d'édition : 1889

Sujet : La Fontaine, Jean de (1621-1695)

Type : monographie imprimée

Langue : Français

Format : 1 vol. (240 p.) : fig., portrait ; 22 cm

Format : application/pdf

Description : Collection : Collection des classiques populaires

Droits : domaine public

Identifiant : ark:/12148/bpt6k5440349b

Source : Bibliothèque nationale de France, département Littérature et art, 8-YE-2157

Relation : http://catalogue.bnf.fr/ark:/12148/cb304156155

Provenance : Bibliothèque nationale de France

Date de mise en ligne : 08/06/2009

Le texte affiché peut comporter un certain nombre d'erreurs. En effet, le mode texte de ce document a été généré de façon automatique par un programme de reconnaissance optique de caractères (OCR). Le taux de reconnaissance estimé pour ce document est de 100 %.
En savoir plus sur l'OCR


190 LA FONTAINE.

J'attrape le bout de l'année ; Chaque jour amène son pain.

? Eh bien ! que gagnez-vous, dites-moi, par journée ?

? Tantôt plus, tantôt moins : le mal est que toujours (Et sans cela nos gains seraient assez honnêtes),

Le mal est que dans l'an s'entremêlent des jours

Qu'il faut chômer ; on nous ruine en fêtes : L'une fait tort à l'autre ; et monsieur le curé De quelque nouveau saint charge toujours son prône " Le financier, riant de sa naïveté,

Lui dit : « Je vous veux mettre aujourd'hui sur le trône. Prenez ces cent écus ; gardez-les avec soin,

Pour vous en servir au besoin. » Le savetier crut voir tout l'argent que la terre

Avait, depuis plus de cent ans,

Produit pour l'usage des gens. Il retourne chez lui : dans sa cave il enserre

L'argent, et sa joie à la fois.

Plus de chant : il perdit la voix Du moment qu'il gagna ce qui cause nos peines.

Le sommeil quitta son logis :

Il eut pour hôtes les soucis,

Les soupçons, les alarmes vaines. Tout le jour, il avait l'oeil au guet ; et la nuit,

Si quelque chat faisait du bruit, Le chat prenait l'argent. A la fin le pauvre homme S'en courut chez celui qu'il ne réveillait plus : « Rendez-moi, lui dit-il, mes chansons et mon somme,

Et reprenez vos cent écus. "