Your request:


Downloading format: : Texte

Screens 193 à 193 sur 246

Nombre de pages: 1

Full bibliographic record:

Titre : La Fontaine (Cinquième éd.) / par Émile Faguet,...

Auteur : Faguet, Émile (1847-1916)

Éditeur : Librairie H. Lecène et H. Oudin (Paris)

Date d'édition : 1889

Sujet : La Fontaine, Jean de (1621-1695)

Type : monographie imprimée

Langue : Français

Format : 1 vol. (240 p.) : fig., portrait ; 22 cm

Format : application/pdf

Description : Collection : Collection des classiques populaires

Droits : domaine public

Identifiant : ark:/12148/bpt6k5440349b

Source : Bibliothèque nationale de France, département Littérature et art, 8-YE-2157

Relation : http://catalogue.bnf.fr/ark:/12148/cb304156155

Provenance : Bibliothèque nationale de France

Date de mise en ligne : 08/06/2009

The text below has been produced using a process called optical character recognition (OCR)
Since it is an automatic process, it is subject to errors you might find in this page. The O.C.R. ratio for this document is 100


190 LA FONTAINE.

J'attrape le bout de l'année ; Chaque jour amène son pain.

— Eh bien ! que gagnez-vous, dites-moi, par journée ?

— Tantôt plus, tantôt moins : le mal est que toujours (Et sans cela nos gains seraient assez honnêtes),

Le mal est que dans l'an s'entremêlent des jours

Qu'il faut chômer ; on nous ruine en fêtes : L'une fait tort à l'autre ; et monsieur le curé De quelque nouveau saint charge toujours son prône " Le financier, riant de sa naïveté,

Lui dit : « Je vous veux mettre aujourd'hui sur le trône. Prenez ces cent écus ; gardez-les avec soin,

Pour vous en servir au besoin. » Le savetier crut voir tout l'argent que la terre

Avait, depuis plus de cent ans,

Produit pour l'usage des gens. Il retourne chez lui : dans sa cave il enserre

L'argent, et sa joie à la fois.

Plus de chant : il perdit la voix Du moment qu'il gagna ce qui cause nos peines.

Le sommeil quitta son logis :

Il eut pour hôtes les soucis,

Les soupçons, les alarmes vaines. Tout le jour, il avait l'oeil au guet ; et la nuit,

Si quelque chat faisait du bruit, Le chat prenait l'argent. A la fin le pauvre homme S'en courut chez celui qu'il ne réveillait plus : « Rendez-moi, lui dit-il, mes chansons et mon somme,

Et reprenez vos cent écus. "