Rappel de votre demande:


Format de téléchargement: : Texte

Vues 185 à 185 sur 246

Nombre de pages: 1

Notice complète:

Titre : La Fontaine (Cinquième éd.) / par Émile Faguet,...

Auteur : Faguet, Émile (1847-1916)

Éditeur : Librairie H. Lecène et H. Oudin (Paris)

Date d'édition : 1889

Sujet : La Fontaine, Jean de (1621-1695)

Type : monographie imprimée

Langue : Français

Format : 1 vol. (240 p.) : fig., portrait ; 22 cm

Format : application/pdf

Description : Collection : Collection des classiques populaires

Droits : domaine public

Identifiant : ark:/12148/bpt6k5440349b

Source : Bibliothèque nationale de France, département Littérature et art, 8-YE-2157

Relation : http://catalogue.bnf.fr/ark:/12148/cb304156155

Provenance : Bibliothèque nationale de France

Date de mise en ligne : 08/06/2009

Le texte affiché peut comporter un certain nombre d'erreurs. En effet, le mode texte de ce document a été généré de façon automatique par un programme de reconnaissance optique de caractères (OCR). Le taux de reconnaissance estimé pour ce document est de 100 %.
En savoir plus sur l'OCR


182 LA FONTAINE.

surtout à nous montrer leur sottise. Non pas qu'il leur en veuille : il n'a de rancune contre personne ; mais parce que c'est là un moyen de consoler un peu ses chers clients, les petits, dont c'est la revanche légitime de découvrir le point faible de leurs maîtres, et d'en rire à petit bruit. Il nous montre surtout la faiblesse réelle de ces puissants si fiers, les dangers de leurs grandeurs et la profondeur de leurs chutes. C'est le chêne, géant orgueilleux, qui est brisé par l'ouragan, tandis que le roseau, faible et humble, plie sous le vent et ne rompt pas.

LE CHÊNE ET LE ROSEAU.

Le chêne un jour dit au roseau : " Vous avez bien sujet d'accuser la nature ; Un roitelet pour vous est un pesant fardeau ; Le moindre vent qui d'aventure Fait rider la face de l'eau, Vous oblige à baisser la tête, Cependant que mon front, au Caucase pareil, Non content d'arrêter les rayons du soleil,

Brave l'effort de la tempête. Tout vous est aquilon, tout me semble zéphyr. Encor si vous naissiez à l'abri du feuillage Dont je couvre le voisinage, Vous n'auriez pas tant à souffrir ; Je vous défendrais de l'orage ;