Rappel de votre demande:


Format de téléchargement: : Texte

Vues 17 à 17 sur 246

Nombre de pages: 1

Notice complète:

Titre : La Fontaine (Cinquième éd.) / par Émile Faguet,...

Auteur : Faguet, Émile (1847-1916)

Éditeur : Librairie H. Lecène et H. Oudin (Paris)

Date d'édition : 1889

Sujet : La Fontaine, Jean de (1621-1695)

Type : monographie imprimée

Langue : Français

Format : 1 vol. (240 p.) : fig., portrait ; 22 cm

Format : application/pdf

Description : Collection : Collection des classiques populaires

Droits : domaine public

Identifiant : ark:/12148/bpt6k5440349b

Source : Bibliothèque nationale de France, département Littérature et art, 8-YE-2157

Relation : http://catalogue.bnf.fr/ark:/12148/cb304156155

Provenance : Bibliothèque nationale de France

Date de mise en ligne : 08/06/2009

Le texte affiché peut comporter un certain nombre d'erreurs. En effet, le mode texte de ce document a été généré de façon automatique par un programme de reconnaissance optique de caractères (OCR). Le taux de reconnaissance estimé pour ce document est de 100 %.
En savoir plus sur l'OCR


14 LA FONTAINE.

tainement le plus, après son art, ce sont les faibles et les opprimés. Il s'est plu à les peindre, ce que personne ne faisait autour de lui ; il les a plaints, il les a instruits, il les a consolés.

Voilà pourquoi nous nous arrêtons un moment dans la compagnie de cet homme charmant et bon, très malicieux et plein d'esprit, mais dont les malices mêmes sont douces et souriantes; qui ne savait pas haïr ; qui a connu admirablement les hommes, sans, pour cela, leur en vouloir, et qui dans toute cette grande nature qui nous entoure, qu'il admirait et qu'il chérissait tout entière, a aimé particulièrement les plus humbles, les plus dépourvus, les plus méprisés.

JEUNESSE DE LA FONTAINE

La Fontaine était né en 1621, en Champagne, à Château-Thierry. Ses parents étaient de petits bourgeois. Son père était maître particulier deseaux et forêts. Il fut élevé dans sa petite ville, presque à la campagne, courant souvent les prés et les bois, prenant le goût des choses des champs, des beaux ombrages, des eaux vives, des scènes rustiques , qu'il aima tant à peindre plus tard ; voyant monter péniblement par le chemin « sablon-