Your request:


Downloading format: : Texte

Screens 16 à 16 sur 246

Nombre de pages: 1

Full bibliographic record:

Titre : La Fontaine (Cinquième éd.) / par Émile Faguet,...

Auteur : Faguet, Émile (1847-1916)

Éditeur : Librairie H. Lecène et H. Oudin (Paris)

Date d'édition : 1889

Sujet : La Fontaine, Jean de (1621-1695)

Type : monographie imprimée

Langue : Français

Format : 1 vol. (240 p.) : fig., portrait ; 22 cm

Format : application/pdf

Description : Collection : Collection des classiques populaires

Droits : domaine public

Identifiant : ark:/12148/bpt6k5440349b

Source : Bibliothèque nationale de France, département Littérature et art, 8-YE-2157

Relation : http://catalogue.bnf.fr/ark:/12148/cb304156155

Provenance : Bibliothèque nationale de France

Date de mise en ligne : 08/06/2009

The text below has been produced using a process called optical character recognition (OCR)
Since it is an automatic process, it is subject to errors you might find in this page. The O.C.R. ratio for this document is 100


POURQUOI IL EST UN GRAND ÉCRIVAIN POPULAIRE. 13

Eh bien ! le grand homme, dont nous nous entretenons aujourd'hui, est admirable par bien des talents et des aptitudes excellentes dont on vous parlera plus tard ; mais il est grand et vaut qu'on l'aime parce qu'il a aimé les petits, à une époque où on ne s'en occupait pas beaucoup.

Il ne faut pas faire grand cas de ceux qui vont criant avec de grands éclats : « J'aime le peuple ; je suis dévoué au peuple; je donnerais tout mon sang pour le peuple ! » C'est le travers d'aujourd'hui, et il faut savoir s'en méfier. Mais aussi, à l'époque où La Fontaine existait, on avait trop le défaut contraire. On y faisait de très grandes choses, on y servait et on y aimait le pays tout autant que de nos jours ; mais les petits, dont on usait pour accomplir les grandes choses dont je parle, on n'y songeait guère. On n'en parlait point dans les conversations des gens instruits ; on ne faisait pas pour eux assez d'écoles, ni assez d'hôpitaux, ni assez d'asiles ; on ne faisait pas de livres pour eux, ni sur eux.

Un seul écrivain, un seul, a parlé d'eux avec vérité, avec un sentiment de justice et de compassion douce, avec affection ; et cet écrivain c'est La Fontaine. Il a aimé beaucoup de choses, et il dit lui-même qu'il aimait à peu près tout, qu'il était « polyphile », c'est-à-dire ami de tout ce que la nature a fait de beau ; mais ce qu'il a aimé cer-