Rappel de votre demande:


Format de téléchargement: : Texte

Vues 16 à 16 sur 246

Nombre de pages: 1

Notice complète:

Titre : La Fontaine (Cinquième éd.) / par Émile Faguet,...

Auteur : Faguet, Émile (1847-1916)

Éditeur : Librairie H. Lecène et H. Oudin (Paris)

Date d'édition : 1889

Sujet : La Fontaine, Jean de (1621-1695)

Type : monographie imprimée

Langue : Français

Format : 1 vol. (240 p.) : fig., portrait ; 22 cm

Format : application/pdf

Description : Collection : Collection des classiques populaires

Droits : domaine public

Identifiant : ark:/12148/bpt6k5440349b

Source : Bibliothèque nationale de France, département Littérature et art, 8-YE-2157

Relation : http://catalogue.bnf.fr/ark:/12148/cb304156155

Provenance : Bibliothèque nationale de France

Date de mise en ligne : 08/06/2009

Le texte affiché peut comporter un certain nombre d'erreurs. En effet, le mode texte de ce document a été généré de façon automatique par un programme de reconnaissance optique de caractères (OCR). Le taux de reconnaissance estimé pour ce document est de 100 %.
En savoir plus sur l'OCR


POURQUOI IL EST UN GRAND ÉCRIVAIN POPULAIRE. 13

Eh bien ! le grand homme, dont nous nous entretenons aujourd'hui, est admirable par bien des talents et des aptitudes excellentes dont on vous parlera plus tard ; mais il est grand et vaut qu'on l'aime parce qu'il a aimé les petits, à une époque où on ne s'en occupait pas beaucoup.

Il ne faut pas faire grand cas de ceux qui vont criant avec de grands éclats : « J'aime le peuple ; je suis dévoué au peuple; je donnerais tout mon sang pour le peuple ! » C'est le travers d'aujourd'hui, et il faut savoir s'en méfier. Mais aussi, à l'époque où La Fontaine existait, on avait trop le défaut contraire. On y faisait de très grandes choses, on y servait et on y aimait le pays tout autant que de nos jours ; mais les petits, dont on usait pour accomplir les grandes choses dont je parle, on n'y songeait guère. On n'en parlait point dans les conversations des gens instruits ; on ne faisait pas pour eux assez d'écoles, ni assez d'hôpitaux, ni assez d'asiles ; on ne faisait pas de livres pour eux, ni sur eux.

Un seul écrivain, un seul, a parlé d'eux avec vérité, avec un sentiment de justice et de compassion douce, avec affection ; et cet écrivain c'est La Fontaine. Il a aimé beaucoup de choses, et il dit lui-même qu'il aimait à peu près tout, qu'il était « polyphile », c'est-à-dire ami de tout ce que la nature a fait de beau ; mais ce qu'il a aimé cer-