Rappel de votre demande:


Format de téléchargement: : Texte

Vues 120 à 120 sur 246

Nombre de pages: 1

Notice complète:

Titre : La Fontaine (Cinquième éd.) / par Émile Faguet,...

Auteur : Faguet, Émile (1847-1916)

Éditeur : Librairie H. Lecène et H. Oudin (Paris)

Date d'édition : 1889

Sujet : La Fontaine, Jean de (1621-1695)

Type : monographie imprimée

Langue : Français

Format : 1 vol. (240 p.) : fig., portrait ; 22 cm

Format : application/pdf

Description : Collection : Collection des classiques populaires

Droits : domaine public

Identifiant : ark:/12148/bpt6k5440349b

Source : Bibliothèque nationale de France, département Littérature et art, 8-YE-2157

Relation : http://catalogue.bnf.fr/ark:/12148/cb304156155

Provenance : Bibliothèque nationale de France

Date de mise en ligne : 08/06/2009

Le texte affiché peut comporter un certain nombre d'erreurs. En effet, le mode texte de ce document a été généré de façon automatique par un programme de reconnaissance optique de caractères (OCR). Le taux de reconnaissance estimé pour ce document est de 100 %.
En savoir plus sur l'OCR


LA MORALE DE LA FONTAINE. 117

Sur de tels paresseux, à servir ainsi lents.

Mon fils, allez chez nos parents

Les prier de la même chose, " L'épouvante est au nid plus forte que jamais. « Il a dit ses parents ! mère, c'est à cette heure...

? Non, mes enfants, dormez en paix :

Ne bougeons de notre demeure. » L'alouette eut raison, car personne ne vint. Pour la troisième fois le maître se souvint De visiter ses blés. « Notre erreur est extrême, Dit-il, de nous attendre à d'autres gens que nous. Il n'est meilleur ami ni parent que soi-même. Retenez bien cela, mon fils : et savez-vous Ce qu'il faut faire ? Il faut qu'avec notre famille, Nous prenions dès demain chacun une faucille : C'est là notre plus court : et nous achèverons

Notre moisson quand nous pourrons. " Dès lors que ce dessein fut su de l'alouette : " C'est ce coup qu'il est bon de partir, mes enfants ! "

Et les petits, en même temps,

Voletants, se culebutants,

Délogèrent tous sans trompette.

Ce qu'il faut, c'est avoir la vigilance de ce maître de ferme qui voit ce qu'aucun de ses serviteurs n'a su voir.