Rappel de votre demande:


Format de téléchargement: : Texte

Vues 189 à 189 sur 240

Nombre de pages: 1

Notice complète:

Titre : La Prusse au pilori de la civilisation, crimes et forfaits des Prussiens en France, par Hector de Condé

Auteur : Condé, Hector de

Éditeur : Devillé (Bruxelles)

Type : monographie imprimée

Langue : Français

Format : In-18, 238 p.

Format : application/pdf

Droits : domaine public

Identifiant : ark:/12148/bpt6k5439186f

Source : Bibliothèque nationale de France, département Philosophie, histoire, sciences de l'homme, 8-LB57-165

Relation : http://catalogue.bnf.fr/ark:/12148/cb30263202x

Provenance : Bibliothèque nationale de France

Date de mise en ligne : 08/06/2009

Le texte affiché peut comporter un certain nombre d'erreurs. En effet, le mode texte de ce document a été généré de façon automatique par un programme de reconnaissance optique de caractères (OCR). Le taux de reconnaissance estimé pour ce document est de 100 %.
En savoir plus sur l'OCR


— 188 —

» Naturellement, tout cela fait une pénible impression sur mon bien-être physique. Il est vrai que je n'ai pas contracté l'obligation de me faire tuer — car qui vous écrirait alors? — mais mon existence n'en est pas moins exposée à des fatigues et des dangers.

» Voilà six mois que la guerre dure. Quelle série d'événements affreux et terribles se sont déroulés depuis. L'histoire en écrira des in-folio avec du sang, et du sang encore; une mer a été remplie de larmes, l'oeuvre de l'esprit humain est détruite, la culture du sol, les productions du talent sont balayées; chez nous il y a l'anxieuse attente après ceux qui succombent, ici il y a l'orgueil de la force brutale triomphante. En attendant, l'affreuse danse des cadavres continue dans la boue et le sang.

» Lorsque l'été finissait et que l'automne nous semait les feuilles jaunies sous les pas, cachant les tombes fraîches; lorsque les veillées s'allongeaient, lorsque le bois humide crépitait dans les feux du bivac autour desquels nous étions assis, que d'êtres chéris, le coeur brisé, répandaient des larmes silencieuses, là-bas, de l'autre côté du Rhin ! Lorsqu'enfin la neige étendit son linceul sur les champs semés de morts, lorsque le froid pendit ses glaçons à la barbe du soldat, lorsque le sang gela sur lès blessures de ceux qui tombaient, la fin de la guerre tant désirée s'évanouit dans l'épaisseur du brouillard et de la neige. Grande était l'amertume de ceux que le devoir et l'honneur retiennent loin des leurs. Et lorsqu'enfin nous fîmes la veillée de Noël autour des foyers détruits de la France, plus d'une larme mouilla les yeux du guerrier le plus endurci.

» Il n'y-a rien à y faire, c'est le sort de la guerre. L'hiver passera. Le soleil reviendra et nous trouvera