Accueil Texte brut
Mode texte Mode écoute
page 114 (vue 115 sur 240)
Page suivante Page précédente  
  Dernière page Première page

— 114 —

ment dans la rue, l'officier tirant son épée, et les soldats.armant leurs fusils, prenant, en un mot, toutes les dispositions de soldats croyant à une attaque, et se disposant à la repousser. Puis que, precipitamment, ils avaient quitté le village, en enjoignant au maire d'avoir à préparer immédiatement la réquisition; et que, malgré cette invitation, le maire, à son grand étonnement, les-avait vus peu à peu s'éloigner dans la direction de Gruyères, avec trois voilures qu'ils avaient amenées; que le maire avait même remarqué que le uhlan placé à l'arrière-garde retournait fréquemment la tête, ce qui aurait fait dire au maire : « Mais, ils ont peur ! » Qu'en présence de la situation que cet événement faisait à la commune, le maire et le conseil avaient décidé, quoique ce fût la dixième réquisition imposée à sa commune, de passer outre et de réunir à la mairie toutes les choses requises. Le garde champêtre, après m'avoir fait ce récit, m'engagea aussi à m'occuper immédiatement de rassembler les cent kilogrammes' de pain et les cent kilogrammes d'avoine, part de la réquisition revenant à ma section; ce que je fis en envoyant, vers quatre heures de l'après-midi, à l'aide d'une voiture, les objets requis, à la mairie de Neuville.

« Le lendemain 27, vers huit heures et demie du malin, j'étais, occupé dans ma cour, lorsque j'y vis arriver, ventre à terre, deux uhlans qui m'abordèrent en me tendant la main et en me disant : « Amis, » pendant qu'un troisième, qui les suivait, se plaçait en vedette dans le haut de mon clos. Les deux premiers descendirent de cheval et demandèrent à boire du vin. Je leur eu fis immédiatement servir à chacun un verre. Une demi-heure après, sortant dans ma cour, je m'aperçus que This était complétement cerné par

Mode texte Mode écoute
page 114 (vue 115 sur 240)
Page suivante Page précédente  
  Dernière page Première page
Accueil Texte brut