Rappel de votre demande:


Format de téléchargement: : Texte

Vues 39 à 39 sur 196

Nombre de pages: 1

Notice complète:

Titre : Satires. Le lutrin (2e éd.) / Boileau

Auteur : Boileau, Nicolas (1636-1711). Auteur du texte

Éditeur : Bureaux de la publication (Paris)

Date d'édition : 1867

Type : monographie imprimée

Langue : Français

Langue : language.label.français

Format : 192 p. ; in-16

Format : application/pdf

Format : Nombre total de vues : 196

Description : [Les satires (français). Extrait]

Droits : domaine public

Identifiant : ark:/12148/bpt6k5436490f

Source : Bibliothèque nationale de France, département Littérature et art, YE-8781

Relation : http://catalogue.bnf.fr/ark:/12148/cb30120801h

Provenance : Bibliothèque nationale de France

Date de mise en ligne : 10/09/2008

Le texte affiché peut comporter un certain nombre d'erreurs. En effet, le mode texte de ce document a été généré de façon automatique par un programme de reconnaissance optique de caractères (OCR). Le taux de reconnaissance estimé pour ce document est de 97 %.
En savoir plus sur l'OCR


? .37 ? Qui m'ont dit tout Cjrus * dans leurs longs compliments. J'enrageais. Cependant on apporte un potage. Un coq y paraissait en pompeux équipage, Qui, changeant sur ce plat et d'état et de nom, Par tous les conviés s'est appelé chapon. De« assiettes suivaient, dont l'une était ornée D'une langue en ragoût, de persil couronnée; L'autre, d'un godiveau tout brûlé par dehors, Dont un beurre gluant inondait tous les bords. On s'assied : mais d'abord notre troupe serrée Tenait à peine autour d'une table carrée, Où chacun, malgré soi, l'un sur l'autre porté, Faisait un tour à gauche et mangeait de côté. Jugez en cet état si je pouvais me plaire, Moi qui ne compte rien, ni le vin ni la chère, Si l'on n'est plus au large assis en un festin Qu'aui sermons de Cassagne ou de l'abbé Cotin.

Notre hôte cependant s'adressant à la troupe : Que vous semble, a-t-il dit, du goût de cette soupe? Sentei-vous le citron dont on a mis le jus Avec des jaunes d'oeufs mêlés dans du verjus ? Ma foi, vive Mignot et tout ce qu'il apprête I Les cheveux cependant me dressaient à la tête : Car Mignot, c'est tout dire, et dans le monde entier Jamais empoisonneur ne sut mieux son métier. J'approuvais tout pourtant de la mine et du geste, Pensant qu'au moins le vin dût réparer le reste. Pour m'en éclaircir donc, j'en demande : et d'abord

* Artamcne ou le Grand Cyrus, ronitn de mademoiselle do Scuderi, en dix volumes.