Your request:


Downloading format: : Texte

Screens 117 à 117 sur 192

Nombre de pages: 1

Full bibliographic record:

Titre : Souvenirs d'Amérique et de Grèce / par Pierre de Coubertin

Auteur : Coubertin, Pierre de (1863-1937)

Éditeur : Hachette (Paris)

Date d'édition : 1897

Sujet : Jeux olympiques

Sujet : États-Unis -- Descriptions et voyages

Sujet : Grèce -- Descriptions et voyages

Type : monographie imprimée

Langue : Français

Format : 1 vol. (181 p.) ; in-16

Format : application/pdf

Droits : domaine public

Identifiant : ark:/12148/bpt6k54273904

Source : Bibliothèque nationale de France, département Philosophie, histoire, sciences de l'homme, PB-3978

Relation : http://catalogue.bnf.fr/ark:/12148/cb302779606

Provenance : Bibliothèque nationale de France

Date de mise en ligne : 03/09/2008

The text below has been produced using a process called optical character recognition (OCR)
Since it is an automatic process, it is subject to errors you might find in this page. The O.C.R. ratio for this document is 94


HO SOUVENIRS D'AMÉRIQUE ET DE GRÈCE.

de souplesse, d'agilité cl, quand il est sain, il y prend plaisir; mais le sport, nous l'avons dit, est quelque chose de plus; il suppose la-lutte et, par conséquent, la préparation voulue, raisonnée, l'entraînement : il suppose le désir ardent de la victoire et la jouissance morale qui en résulte.

J'emploie ce mot « sport » pour me faire mieux comprendre de ceux auxquels il est familier; mais je l'emploie à regret. 11 s'y mêle je ne sais quel parfum de sotte mondanité, de mauvaise anglomanie. C'est : athlétisme, qu'il faut dire. Le terme était à portée; il suffisait de le dépouiller des scories qui le revêtaient et de lui rendre sa signification antique, très pure et très précise. Il faut pour cela un peu de temps. Je me souviens qu'en 1889, au Ministère de l'Instruction publique, il y cul, autour d'un tapis vert, de beauxdébats a ce sujet. On avait décidé d'organiser un Congrès d'Education physique à l'occasion de l'Exposition universelle : j'en étais secrétaire; la commission critiquait mon vocabulaire; elle repoussait « sport » à cause des courses de chevaux, et athlétisme, à cause des Hercules de la foire de NeuiJly. Nous prenions des périphrases pour expliquer notre pensée. Mais, aujourd'hui, « athlétisme » a prévalu.

Le mot avait disparu, jadis, parce que la chose était morte. Les Jeux Olympiques avaient cessé p.arcq qlie le germe de l'athlétisme était épuisé. Il a reparu au xixc siècle. D'où vient-il? Comment s'cst-il conservé et pourquoi a-l-il reparu? Pendant des siècles sa Iracc est perdue. On a pensé la suivre à travers le monde romain. Mais ni les exercices du Champ de