Accueil Texte brut
Mode texte Mode écoute
page 733 (vue 352 sur 486)
Page suivante Page précédente  
  Dernière page Première page

733 FAR FAR 734

FARGEAU. VoyezSAINT-FARGEAU.

FARGES ou FARGIS. Pithon-Curt, dans son Histoire de la Noblesse du Comtat Venaiffin, tom. II, p. 80 &suiv., prouve,d'une manière convaincante, que cette Maison de FARGES en Provence, celle de Budos en Vivarais, & celle de Guilhem-Pafcalis, dans le Comtat Venaissin, tirent leur origine des anciens Seigneurs de la ville de Clermont, au Diocèse de Lodève, & que le premier nom des uns & des autres a été Guilhermi, ou Guilhem. Cette Maison vivoit déjà avec distinction dans le XIIe siècle, & ses auteurs prenoient alors les qualifications de Chevaliers. Elle passa du Languedoc dans la Guyenne, àl'occaíîon d'alliances & des terres considérables dont elle fit acquisition, vers le commencement du XIIIe siècle.

BÉRENGER GUILHEM, IIIe du nom. Chevalier, Seigneur de Clermont-Lodève, épousa, en 1249, Marquise ou Mathilde de Goût, aliàs G"or/z, soeur de Bertrand de Goth, originaire & Archevêque de Bordeaux, depuis Pape fous le nom de CLÉMENT V, d'illustre & ancienne Maifon.de la Guyenne, qui le premier siégea à Avignon, & qui donna aux Chevaliers de l'Ordre de Saint-Jean de Jérusalem une grande partie des biens des Templiers, qu'il supprima dans le Concile de Vienne en i311, & qui révoqua la Bulle d'excommunication que le Pape BONIFACE VIII avoit fulminée contre le Roi PHILIPPE-LEBEL, ayant reconnu, par une Bulle expresse, que les Papes n'avoient nulle jurifdiction fur le temporel des Rois de France, & qu'ils ne relevoient que de Dieu à cet égard. BÉRENGER GUILHEM eut de son mariage une nombreuse & illustre postérité. Lui & ses descendans ont possédé plusieurs Terres considérables dans la Guyenne , entr'autres celle de N.-D. de Far gis ou FARGES, aujourd'hui Fargue, par corruption, au Diocèse de Bordeaux, dans PArchiprêtré de Cernés, dont cette famille prit le nom suivant Pusage des Gentilshommes de ce tems-là.

RAYMOND-GUILHEM DE FARGIS, Trésorier de l'Eglise de Beauvais, fut créé Cardinal-Diacre, du titre de Sainte-Marie-Ia-Neuve, parCLÉMENT V, son oncle, le 19 Septembre 1310, il fit bâtir le Château de Fargis ou Farges, à une lieue d'Avignon.

BERNARD DE FARGIS, Evêque d'Agen, fut

eniuite Archevêque de Rouen & de Narbonne en I3II;

AMANIEU DE FARGIS fut Evêque d'Agen en 1313 ;

BÉRAULD DE FARGIS fut Evêque d'Albi en 1314.

I. ETIENNE DE FARGIS, par lequel commence la filiation de la branche établie en Provence, mourut à Bordeaux en 1439, & laissa une nombreuse postérité de Lucie de Ricard, sa femme. On en voit la preuve dans une attestation des Jurats de cette ville, dans laquelle cet ETIENNE est qualifié nobilis & egregius vir.

II. JEAN DE FARGES OU FARGIS, un de ses fils, se retira en Provence, & fut Secrétaire des Commandemens & d'Etat de CHARLES III, Duc d'Anjou, Roi de Sicile & de Jérusalem, Comte de Provence. Ce Prince lui légua la somme de 500 écus d'or, en récompense de ses services, par le testament qu'il fit à Marseille le 10 Décembre 1481. Dans ce testament, il est qualifié Amé & Féal Secrétaire noble JEAN DE FARGES. Maynier-Francfort, dans son Histoire de la principale Noblesse de Provence, imprimée en 1719, dit que ce JEAN DE FARGES avoit exercé la même charge de Secrétaire sous le règne de RENÉ, Duc d'Anjou, Roi de Naples, de Sicile & de Jérusalem, Comte de Provence, prédécesseur immédiat du Roi CHARLES III. On croit qu'il se maria à Annonay, ville du Vivarais , où les Seigneurs de Budos & des Portes, ses parens, l'avoient attiré après la mort du dernier Comte de Provence. II fut père de

III. JEAN DE FARGES, IIedu nom,qui fit son testament en i5oi, & est qualifié noble dans les actes, même après fa -mort. II se maria deux fois à Annonay, i°avec Jeanne de la Marche; & 20 a\rec Catherine de Monnier. II eut du premier lit :

1. ETIENNE, qui fuit;

2. GABRIEL.

Et du second lit:

3. MATHÉE, mariée, à Annonay, k Antoine de Rìpiers.

IV. ETIENNE DE FARGES, IIe du nom, s'établit à Trets à cause des biens que ses père & aïeul avoient acquis en Provence. II s'étoit marié, dans la Guyenne & à Guîtres,dans PArchiprêtré de Fronsac, au même Diocèse,

Mode texte Mode écoute
page 733 (vue 352 sur 486)
Page suivante Page précédente  
  Dernière page Première page
Accueil Texte brut