Rappel de votre demande:


Format de téléchargement: : Texte

Vues 237 à 237 sur 486

Nombre de pages: 1

Notice complète:

Titre : Dictionnaire de la noblesse : contenant les généalogies, l'histoire et la chronologie des familles nobles de France. Tome 7 / par de La Chenaye-Desbois et Badier

Auteur : Aubert de La Chesnaye Des Bois, François-Alexandre (1699-1783)

Auteur : Badier, Jacques

Éditeur : Schlesinger frères (Paris)

Date d'édition : 1863-1876

Sujet : France -- généalogie

Type : monographie imprimée

Langue : Français

Format : 19 vol. ; in-4

Format : application/pdf

Droits : domaine public

Identifiant : ark:/12148/bpt6k5424928x

Source : Bibliothèque nationale de France, département Philosophie, histoire, sciences de l'homme, 4-LM1-27 (A,7)

Relation : http://catalogue.bnf.fr/ark:/12148/cb34209079q

Provenance : Bibliothèque nationale de France

Date de mise en ligne : 02/06/2009

Le texte affiché peut comporter un certain nombre d'erreurs. En effet, le mode texte de ce document a été généré de façon automatique par un programme de reconnaissance optique de caractères (OCR). Le taux de reconnaissance estimé pour ce document est de 96 %.
En savoir plus sur l'OCR


5o3 EST EST 5°4

2. ANTOINE, qui suit;

3. Et FRANÇOISE, morte sans alliance.

XIX. ANTOINE D'ESTAVAYÉ, Ier du nom, Chevalier, Seigneur de Vaux, de Beauvilliers, de Mezières, de Grand-Champ, &c, Ecuyer ordinaire du Cardinal de Bourbon, en i566, qualifié Seigneur de Beauvilliers dans une quittance de 200 écus qui lui furent payés par Pierre de Saint-Prin, Ecuyer, le 24 Juin i5y8, fut fait Gentilhomme de la Chambre de MONSIEUR, frère du Roi, le 25 Novembre i583. II avoit épousé Charlotte de Roucy, fille d'Henri, & de Jacqueline le Roy. Elle étoit nièce de Charles de Roucy, Evêque de Soissons, & de Joachim de Roucy, Gouverneur de la même Ville. L'Evêque de Soissons s'obligea envers ANTOINE D'ESTAVAYÉ de le rembourser de 10,000 livres, pour le principal de 400 livres de rente qui lui étoient dues à cause de ladite Charlotte de Roucy, fa femme. II passa procuration avec Claude de Roucy, son beau-frère, le 19 Mai 1597, pour assister, en leur nom, au contrat de mariage entre Charles de Roucy, Ecuyer, Seigneur de Sissonne, leur neveu, & Claude Hurault, fille de Jacques Hurault, Seigneur du Marais & de Weil, & de Marie Herbelot, son épouse, comme fondé de procuration, fit transport devant le Blanc & Cadde, Notaires de Roye, le 25 Février 1599, de 333 écus de rente, au profit de Jean Tafors, à prendre fur les biens & successions de CLAUDE D'ESTAVAYÉ, frère aîné de son mari. Le dernier acte que l'on connoisse de lui est une transaction qu'il passa, le 3o Octobre 1604, avec Catherine le Picard, femme de Messire Christophe de Sève, premier Président de la Cour des Aides, à laquelle il céda ses droits & prétentions fur les biens du même CLAUDE D'ESTAVAYÉ, son frère aîné. Cet acte,passé devant François Bergeron 8cHilaire Rebault, Notaires à Paris, étoit, en 1668, chez Noël Beauvais, auffi Notaire. On lui connoît pour enfans :

1. Louis, Chevalier, Seigneur de Beauvilliers & de Fleury, Gentilhomme ordinaire du Cardinal de Guise, qui transigea avec ANTOINE, son frère puîné, mentionné ci-après, fur leurs droits dans la succession de leur père, le 3i Janvier 1619. II ne laissa de Madeleine de Guyon, son épouse, que

LOUISE, mariée, le 7 Juistet 1644, à Antoine des Fossés de Thiébauville, &c,

dans la Maison duquel elle a porté la Terre de Beauvilliers, possédée par leur postérité , avec beaucoup de titres de cette branche.

2. ANTOINE, qui fuit;

3. FRANÇOIS ;

4. Et LOUISE, Religieuse.

XX. ANTOINE D'ESTAVAYÉ, IIe du nom (dont il est parlé dans le Journal de Henri III, tom. I, page 278), Ecuyer, Seigneur de Mezières, puis de Molinons, près de Sens, Gentilhomme ordinaire de la Chambre du Roi, eut, le 4 Février 1604, permission du Roi de tirer de l'arquebuse fur le gibier non défendu par l'Ordonnance, passa à Roye un contrat de constitution de rente, au nom de son épouse, le 22 Juillet 1614. Le Cardinal de Guise lui fit un transport, & à LOUIS, son frère, le 7 Juin 1617; transigea à Paris avec fondit frère, devant Perrin le Gay, Notaire, le 3 1 Janvier 1619 , & il est qualifié Gentilhomme de la Chambre du Roi, dans un aveu qu'il donna, à cause de son épouse, le 10 Novembre 1622; il ne vivoit plus le 26 Août 1629, que fa veuve passa une transaction avec ses deux fils. II avoit épousé, à Troyes, par contrat devant Balezeaux & le Violaix, Notaires de cette Ville, du 16 Août 1599, Charlotte de Lannoy, devenue héritière de fa Maison, qui lui apporta les terres de Molinons & de Vauremy; elle étoit fille d'Oudard de Lannoy, Chevalier de l'Ordre du Roi, & de Geneviève de Chevry. De ce mariage vinrent:

1. ANTOINE-, qui fuit;

2. MAXIMILIEN-LOUIS, Chevalier, Seigneur de Fay, de Flacy, près de Villeneuve-1'Archevêque, qu'il acquit du Sieur Martinet, Avocatau Parlement. II transigea avec son frère aîné, le 3i Janvier 1619, fut Gendarme de la Compagnie de la Reine, en 162g; & suivant une transaction passée entre sa mère & son frère, il fut déchargé des droits de francs-fiefs, en qualité de Gentilhomme le 5 Février i65g; assista au mariage de JEAN D'ESTAVAYÉ son neveu, en 1664, fut maintenu dans fa noblesse par Arrêt du Conseil du 10 Décembre 1668 ; avoit épousé, par contrat passé devant Piquet & Briffard, Notaires Royaux à Troyes,' le 3 Mai 1637, Marguerite le Mire, dont il eut:

1. CHARLOTTE, mariée, le 2g Avril 165g, à François Barbuat, Ecuyer, Seigneur de Maison-Rouge, Gendarme de la