Rappel de votre demande:


Format de téléchargement: : Texte

Vues 108 à 108 sur 453

Nombre de pages: 1

Notice complète:

Titre : Oeuvres de Fontenelle. T. 5 / , précédées d'une notice historique sur sa vie et ses ouvrages

Auteur : Fontenelle, Bernard de (1657-1757)

Éditeur : Salmon (Paris)

Date d'édition : 1825

Contributeur : Champagnac, Jean-Baptiste-Joseph (1798-1858). Éditeur scientifique

Type : monographie imprimée

Langue : Français

Format : 5 vol. ; in-8

Format : application/pdf

Droits : domaine public

Identifiant : ark:/12148/bpt6k454794w

Source : Bibliothèque nationale de France

Relation : http://catalogue.bnf.fr/ark:/12148/cb30448104g

Provenance : Bibliothèque nationale de France

Date de mise en ligne : 25/07/2008

Le texte affiché peut comporter un certain nombre d'erreurs. En effet, le mode texte de ce document a été généré de façon automatique par un programme de reconnaissance optique de caractères (OCR). Le taux de reconnaissance estimé pour ce document est de 96 %.
En savoir plus sur l'OCR


Et pour cet entretien Eraste est éveillé

Avant que sur les monts le soleil ait brillé. Quelques momens après il appelle Tityre Depuis que le berger pour son Iris soupire Tityre a pris le soin des troupeaux du berger; Ils allaient tous périr sans ce maître étranger. Eraste ose lui faire un injuste reproche

Vous dormez, lui dit-il, lorsque le jour approche Les troupeaux devraient être aux plaines d'alentour Partez. En le hâtant, il croit hâter Je jour. Le jour est loin encore aux yeux d'Eraste même; Il ne découvre rien quelle lenteur extrême Quel siècle jusqu'au soir! Il mesure des yeux Le tour que le soleil doit faire dans les cieux; II faut que sur ces monts ce grand astre renaisse, S'élève lentement, et lentement s'abaisse

Et se perde à la fin derrière ces grands bois Il mesure ce tour, et frémit mille fois.

Le jour si souhaité le jour enfin arrive

Mais son inquiétude en est encor plus vive Ses désirs, ses transports, ses divers mouvemens, Lui font de tout ce jour sentir tous les momens. Souvent pour modérer cette ardeur empressée, Il voudrait éloigner Iris de sa pensée

Tantôt de ses troupeaux tâchant à s'occuper Tantôt dans ses vergers s'amusant à couper D'un arbre trop chargé l'inutile branchage Tantôt de joncs tissus commençant quelque ouvrage En vain, toujours Iris toujours cet heureux soir, L'agitent malgré lui par un trop doux espoir. 11 vaut mieux qu'à l'amour tout son cœur s'abandonne I! prend ce doux hautbois qui sans cesse résonne De l'excès de sa flamme et des beautés d Iris