Rappel de votre demande:


Format de téléchargement: : Texte

Vues 123 à 123 sur 328

Nombre de pages: 1

Notice complète:

Titre : Histoire des tribunaux révolutionnaires de Lyon & de Feurs établis en 1793 par les représentants du peuple et liste des contre-révolutionnaires mis à mort ([Reprod.]) / Salomon de La Chapelle

Auteur : La Chapelle, Salomon de

Éditeur : chez tous les libraires (Lyon)

Date d'édition : 1879

Type : monographie imprimée

Langue : Français

Format : 4 microfiches ; 105*148 mm

Format : application/pdf

Description : Collection : Les archives de la Révolution française ; 6.2.2568

Droits : conditions spécifiques d'utilisation - Collection Les archives de la Révolution française

Identifiant : ark:/12148/bpt6k415085

Source : Bibliothèque nationale de France, Lb41-4969

Relation : http://catalogue.bnf.fr/ark:/12148/cb37241781h

Provenance : Bibliothèque nationale de France

Date de mise en ligne : 15/10/2007

Le texte affiché peut comporter un certain nombre d'erreurs. En effet, le mode texte de ce document a été généré de façon automatique par un programme de reconnaissance optique de caractères (OCR). Le taux de reconnaissance estimé pour ce document est de 91 %.
En savoir plus sur l'OCR


mort. Hier, on spectateur revenant d'une exécution dirait çela n'estpas trop dur que faire pour être guillotiné ? Insulter les représentants. Jugez combien de telles disposition seraient dangereuses dans une population énergique» De nouvelles visites domiciliaires ont fini ce soir. Il er. est résulté de nouvelles arrestations et 3,000 fusiis- de plus. Le nombre de ceux rentrés est de 9,000; une immense quantité est au fond des rivières on en a trouvé dans des puits. On recouvrera tout ce qui est possible. La mine va accélérer la démolition.

9 Novembre.

La Commission de justice populaire considérant que Bastier a produit un certificat du Comité de son arrondissement approuvé par le Comité central, qui atteste qu'il n'a pas pris ;es armes, et qu'il n'existe aucune dénonciation contre lui, mais que cependant, attendu son aisance, il est coupable de n'être pas sorti de la ville, le condamne au paiement de la somme de 3,000 livres pour les pauvres, laquelle somme sera versée entre les mains des officiers municipaux chargés d'en faire la distribution, au moyen duquel paiement il sera mis en liberté, autorisant les officiers municipaux, dans le cas où ledit Bastier ne pourrait effectuer de suite le paiement de ladite somme, à recevoir sa promesse par écrit de ladite somme payable dans trois mois.

Çait et clos, etc.

Signé Dorfeuille, président Baigne et Roullion. Ville-Affranchie, 9 Novembre.

Çpusin, juge, it Ripoud.

Je vous pr;e, citoyen, de me procurer de suite, pour le Tribunal populaire, quatre bons matelas avec deux couvertures, une de coton et une piquée, et de la paille pour