Your request:


Downloading format: : Texte

Screens 48 à 48 sur 382

Nombre de pages: 1

Full bibliographic record:

Titre : Niels-Henrik Abel : sa vie et son action scientifique ([Reprod. en fac-sim.]) / par C.-A. Bjerknes,... ; trad. française rev. et considérablement augm. par l'auteur

Éditeur : J. Gabay (Sceaux)

Date d'édition : 1884

Contributeur : Bjerknes, Carl Anton. Traducteur

Sujet : Abel, Niels Henrik (1802-1829)

Type : monographie imprimée

Langue : Français

Format : 1 vol. (III-368 p.) ; 24 cm

Format : application/pdf

Droits : conditions spécifiques d'utilisation - Microformes et reprints

Identifiant : ark:/12148/bpt6k4030m

Source : Bibliothèque nationale de France

Relation : http://catalogue.bnf.fr/ark:/12148/cb37272276d

Provenance : Bibliothèque nationale de France

Date de mise en ligne : 15/10/2007

The text below has been produced using a process called optical character recognition (OCR)
Since it is an automatic process, it is subject to errors you might find in this page. The O.C.R. ratio for this document is 98


Mmiî Hansteen et sa soeur, si tu les rencontres. J'enverrai le

mémoire par Petersen. Une autre fois tu recevras de moi, une

lettre plus ordonnée. Ton ami, Abel. »

Avant cette lettre, qui annonçait ainsi, en attendant, sa visite

à la famille de Hansteen à Soroe, Boeck et Môller étaient partis

avec le bateau à vapeur pour Lübeck, d'où ils continuèrent par

terre leur voyage jusqu'à Hambourg, à travers des chemins

détestables et remplis d'eau. Ils descendirent au Grand Sauvage (1),

où ils attendirent leur compagnon de voyage, attardé par la

prolongation de son séjour à Copenhague.

Après l'arrivée d'Abel, ils allèrent de compagnie à Altona,

pour faire visite à Schumacher,, l'éditeur des Astronomische

Nachrichten, avec qui d'ailleurs le professeur Hansteen était en

relations suivies. Schumacher, comme on s'en souvient, avait,

quelque temps auparavant, refusé d'insérer le Mémoire d'Abel sur

la Lune; il s'était aussi chargé de transmettre à Gauss, par

l'intermédiaire d'Olbers, le Mémoire français sur l'impossibilité de

résoudre algébriquement les équations du cinquième degré,

travail avec lequel Abel allait se présenter pour la première fois

devant le grand public, et dont on ignorait encore quel serait le

succès auprès des savants.

Schumacher, bien que souffrant, accueillit les voyageurs et le

jeune mathématicien inconnu avec beaucoup de prévenance. Il

est probable que, pendant son séjour à Hambourg, Abel renouvela

ses visites à l'astronome danois. En tous cas, il laissa la meilleure

impression chez le savant étranger. Car, à diverses reprises,

Schumacher le dépeint non seulement comme un mathématicien

distingué, mais aussi comme le jeune homme le plus aimable.

Abel raconte ce qui semble pareillement indiquer un séjou

de quelque durée qu'il avait fait à Hambourg la connaissance

(1) Zum grossen 2oilden. Mann. Ajoutons que nous sommes portés à croire qu'il

s'est glissé ici une erreur dans la tradition telle que la présente le récit de Boeck,

et que celui-ci a fait confusion avec ce qui s'est passé plus tard à l'arrivée des

voyageurs à Vienne. De pareilles inexactitudes, relatives aux échanges de lieu et de

temps, sont à craindre dans tous les cas où le récit n'est pas appuyé sur des

documents écrits. (Note ajoutée par l'auteur.)