Rappel de votre demande:


Format de téléchargement: : Texte

Vues 45 à 45 sur 382

Nombre de pages: 1

Notice complète:

Titre : Niels-Henrik Abel : sa vie et son action scientifique ([Reprod. en fac-sim.]) / par C.-A. Bjerknes,... ; trad. française rev. et considérablement augm. par l'auteur

Éditeur : J. Gabay (Sceaux)

Date d'édition : 1884

Contributeur : Bjerknes, Carl Anton. Traducteur

Sujet : Abel, Niels Henrik (1802-1829)

Type : monographie imprimée

Langue : Français

Format : 1 vol. (III-368 p.) ; 24 cm

Format : application/pdf

Droits : conditions spécifiques d'utilisation - Microformes et reprints

Identifiant : ark:/12148/bpt6k4030m

Source : Bibliothèque nationale de France

Relation : http://catalogue.bnf.fr/ark:/12148/cb37272276d

Provenance : Bibliothèque nationale de France

Date de mise en ligne : 15/10/2007

Le texte affiché peut comporter un certain nombre d'erreurs. En effet, le mode texte de ce document a été généré de façon automatique par un programme de reconnaissance optique de caractères (OCR). Le taux de reconnaissance estimé pour ce document est de 98 %.
En savoir plus sur l'OCR


Plus qu'heureux celui qui, dans un cercle aussi étroit, grâce à

un meilleur concours de circonstances, comme il s'en produit bien

rarement, a pu parvenir, par l'irrésistible puissance de son génie,

à se frayer son chemin! Mais le besoin du contact avec la science

contemporaine n'est pas moins impérieux pour l'homme qui a

plus à communiquer de son propre fonds qu'à recevoir des autres.

Seulement les difficultés se trouvent ainsi déplacées. Ce n'était

pas chose facile alors, dans notre petit coin de terre peu remarqué,

pour un penseur jeune et inconnu, suivant des voies à lui propres,

de répandre ses idées dans le monde, d'en soumettre les résultats

à la critique du dehors et au besoin à une épuration peut-être

nécessaire, surtout lorsqu'il s'agit d'une étude plus approfondie et

d'un développement plus vaste.

Telles étaient les circonstances dans lesquelles Abel grandit et

se développa. Il allait maintenant parcourir le monde, et nous le

suivrons dans sa route.

Dans les premiers jours de septembre il 'entreprit son voyage,

en compagnie du candidat des mines Möller, depuis directeur des

mines d'argent de Kongsberg, et du candidat en médecine

Chr. Boeck, mort récemment, doyen de notre Université. Keilhau

et Tank, avec qui il se rencontra depuis en Allemagne, étaient

déjà partis, le premier pour continuer ses études à l'Académie des

Mines de Freiberg, le second dans l'intérêt de son instruction

philosophique, pour visiter notre compatriote Henrik Steffens,

alors attaché à l'Université de Breslau.

« Nos jeunes savants voyageurs », comme les appelait le

professeur Hansteen dans ses communications au lrfagazin,

allaient maintenant chercher les moyens de se perfectionner

chacun dans la carrière de son choix.

Avant son départ, Abel fit une échappée à Soon, une des

petites villes de la côte orientale du fjord de Christiania, où

demeurait sa fiancée. C'était une jeune danoise, Mlle Christine

Kemp, mariée plus tard, après la mort prématurée d'Abel, avec