Your request:


Downloading format: : Texte

Screens 326 à 326 sur 382

Nombre de pages: 1

Full bibliographic record:

Titre : Niels-Henrik Abel : sa vie et son action scientifique ([Reprod. en fac-sim.]) / par C.-A. Bjerknes,... ; trad. française rev. et considérablement augm. par l'auteur

Éditeur : J. Gabay (Sceaux)

Date d'édition : 1884

Contributeur : Bjerknes, Carl Anton. Traducteur

Sujet : Abel, Niels Henrik (1802-1829)

Type : monographie imprimée

Langue : Français

Format : 1 vol. (III-368 p.) ; 24 cm

Format : application/pdf

Droits : conditions spécifiques d'utilisation - Microformes et reprints

Identifiant : ark:/12148/bpt6k4030m

Source : Bibliothèque nationale de France

Relation : http://catalogue.bnf.fr/ark:/12148/cb37272276d

Provenance : Bibliothèque nationale de France

Date de mise en ligne : 15/10/2007

The text below has been produced using a process called optical character recognition (OCR)
Since it is an automatic process, it is subject to errors you might find in this page. The O.C.R. ratio for this document is 98


un concours dépassant ce qu'il était raisonnable d'en attendre.

Il est donc bien naturel que, dans les circonstances où il se

trouvait, Abel ne vît d'autres ressources que de chercher à faire

publier son travail dans un journal français, comme celui de

Gergonne, surtout alors qu'il pensait encore devoir rester à

Paris jusqu'au printemps.

Il ne pouvait cependant songer à rédiger un mémoire d'une

telle étendue et d'une telle importance dans le court délai qui

restait à courir avant son départ; d'autant plus que les difficultés

matérielles contre lesquelles il luttait, même après avoir obtenu

d'Holmboe un prêt d'argent, l'obligeaient à faire hâter l'époque

de son retour.

On peut dire qu'Abel resta à Paris tant que cela lui fut humai-

nement possible, espérant toujours qu'on en arriverait au juge-

ment de son mémoire. « Mais rien n'aboutit avec ces hommes

lents. »

Legendre raconte dans sa lettre du 8 avril 1829, que lui et

Cauchy qui avaient été nommés commissaires, étaient conve-

nus entre eux de demander à l'auteur une copie plus nette et

plus facile à lire. Le mémoire, disait-on, n'était presque pas

lisible, il était écrit « d'une encre très blanche; les caractères

en étaient mal formés. » Depuis, les choses en étaient restées là.

Le manuscrit, ajoute Legendre, « n'avait jamais été dans ses

mains il fut gardé par Cauchy qui ne s'en occupa pas. Et

« l'auteur Abel paraît s'en être allé sans s'occuper de ce que

devenait son mémoire; il n'a pas fourni de copie, et il n'a pas

été fait de rapport. »

Arago, dans sa biographie d'Abel, répète les mêmes choses

pour ce qui regarde Legendre. « Ses yeux de près de quatre-vingts

ans », dit-il, « ne parvinrent pas à suivre, à déchiffrer avec

sûreté des formules écrites avec une encre blanche. » Mais il ne

dit rien sur les « caractères mal formés et ce serait aussi, sans

doute, un injuste reproche adressé à Abel, dont l'écriture était

très nette et très lisible. Sur ce point, Legendre, qui n'avait

jamais eu le mémoire dans ses mains », doit s'être trompé,