Your request:


Downloading format: : Texte

Screens 324 à 324 sur 382

Nombre de pages: 1

Full bibliographic record:

Titre : Niels-Henrik Abel : sa vie et son action scientifique ([Reprod. en fac-sim.]) / par C.-A. Bjerknes,... ; trad. française rev. et considérablement augm. par l'auteur

Éditeur : J. Gabay (Sceaux)

Date d'édition : 1884

Contributeur : Bjerknes, Carl Anton. Traducteur

Sujet : Abel, Niels Henrik (1802-1829)

Type : monographie imprimée

Langue : Français

Format : 1 vol. (III-368 p.) ; 24 cm

Format : application/pdf

Droits : conditions spécifiques d'utilisation - Microformes et reprints

Identifiant : ark:/12148/bpt6k4030m

Source : Bibliothèque nationale de France

Relation : http://catalogue.bnf.fr/ark:/12148/cb37272276d

Provenance : Bibliothèque nationale de France

Date de mise en ligne : 15/10/2007

The text below has been produced using a process called optical character recognition (OCR)
Since it is an automatic process, it is subject to errors you might find in this page. The O.C.R. ratio for this document is 98


IX.

Fin du séjour à Paris et sort du mémoire présenté par Abel

à l'Institut.

Avant que la lettre à Holmboe parvînt à Christiania, celui-ci

avait déjà écrit à Abel; mais, dès qu'il l'eut reçue, il s'empressa

de lui écrire de nouveau et de lui procurer l'argent demandé, y

compris la somme que lui devait Keilhau. Cet envoi donna lieu à

la dernière lettre qu'Abel adressa de Paris, celle qui est datée de

décembre, et où il fait mention de sa découverte relative à la

division de la lemniscate. Dans cette lettre, il exprime à son

ancien maître et ami ses meilleurs remercîments; et de ce qu'il

dit, ressort une fois de plus combien grand était son embarras et

combien il devait lui avoir été pénible d'en être réduit à recourir

à la bonté d'Holmboe. Du reste, il avait dû en même temps faire

également appel à celle d'un autre ami, ou il était sur le point de

le faire.

« Mille remercîments », dit-il, « pour tes deux chères lettres,

item, parce que tu as été si ponctuel. Si j'avais su que tu

m'avais écrit, je n'aurais pas osé te demander tant de sacrifices.

Ne sois pas fâché de mon embarras d'argent. J'ai deux amis, à

proprement parler, et je suis ainsi forcé de les importuner

malgré moi.

» Il est possible que je pourrai l'épargner mais il est probable

que je serai contraint de recourir à ta bonté. Pas encore cepen-

dant mais quand je viendrai à Berlin. Dans peu de temps, en

etyet, je quitte Paris, où je n'ai rien plus à « pécher », et d'abord

j'irai à Gôttingue pour y « bloquer » Gauss, s'il n'est pas trop

« fortifié » d'orgueil. « J'aimerais aussi beaucoup à rester quelque

temps en Allemagne pour apprendre un peu mieux la langue