Your request:


Downloading format: : Texte

Screens 187 à 187 sur 382

Nombre de pages: 1

Full bibliographic record:

Titre : Niels-Henrik Abel : sa vie et son action scientifique ([Reprod. en fac-sim.]) / par C.-A. Bjerknes,... ; trad. française rev. et considérablement augm. par l'auteur

Éditeur : J. Gabay (Sceaux)

Date d'édition : 1884

Contributeur : Bjerknes, Carl Anton. Traducteur

Sujet : Abel, Niels Henrik (1802-1829)

Type : monographie imprimée

Langue : Français

Format : 1 vol. (III-368 p.) ; 24 cm

Format : application/pdf

Droits : conditions spécifiques d'utilisation - Microformes et reprints

Identifiant : ark:/12148/bpt6k4030m

Source : Bibliothèque nationale de France

Relation : http://catalogue.bnf.fr/ark:/12148/cb37272276d

Provenance : Bibliothèque nationale de France

Date de mise en ligne : 15/10/2007

The text below has been produced using a process called optical character recognition (OCR)
Since it is an automatic process, it is subject to errors you might find in this page. The O.C.R. ratio for this document is 98


Mais cela fut aussi une nouvelle source d'indépendance pour

les études d'Abel, tant que, par une petite subvention de l'État,

il fut mis en position de continuer ces études qui s'étaient

montrées si fructueuses. Jacobi devait s'arranger d'une autre

manière; il lui eût été très dangereux certainement dans de

telles circonstances de se mouvoir aussi librement qu'Abel; il ne

lui fallait pas alors dépenser ses riches facultés et son savoir si

étendu et si varié dans de longs travaux d'attente et de résignation

qui auraient exigé les grandes investigations, au plus haut degré

désintéressées.

Abel, appuyé sur ses études des grands maîtres, partit de ce

problème, stérile en apparence, qu'il avait, étant écolier, cherché

comme Jacobi et peut-être comme une foule de jeunes savants,

la résolution de l'équation du 5" degré. Après cela, vinrent les

études sur les intégrales, surtout les intégrales elliptiques et les

intégrales d'ordre encore plus élevé; c'était un nouveau commen-

cement auquel avait donné lieu la réponse de Degen, quand celui-ci

avait dû rejeter le résultat d'écolier présenté par Abel. Dans le

résultat également impossible du savant professeur, il y avait

pour un esprit comme Abel un germe fertile, conduisant au théo-

rème d'addition avec ses innombrables conséquences. Mais plus

tard tout cela se réunit en quelque sorte dans un vaste et unique

problème, où les découvertes algébriques formèrent le principe

qui pénétrait tout.

Abel, après ses premiers échecs, tint donc toujours ferme sans

se décourager, et continua à marcher dans la même direction.

Mais au lieu de chercher d'après l'ancienne manière en essayant

de trouver des solutions là où peut-être aucune solution n'existait,

il prit une autre route qui infailliblement devait conduire au

moins à des résultats, et par ce moyen il parvint à circonscrire

et à étendre son problème ou les problèmes partiels dont celui-ci

était composé.

11 se détermina à donner au problème une forme telle qu'il fût

toujours possible de le résoudre, ce qu'on peut faire d'un problème

quelconque. Au lieu de demander une relation dont on ne sait