Rappel de votre demande:


Format de téléchargement: : Texte

Vues 895 à 895 sur 908

Nombre de pages: 1

Notice complète:

Titre : Histoire de l'Académie royale des sciences ... avec les mémoires de mathématique & de physique... tirez des registres de cette Académie

Auteur : Académie des sciences (France). Auteur du texte

Éditeur : J. Boudot (Paris)

Éditeur : Imprimerie royale (Paris)

Éditeur : Imprimerie de Du Pont (Paris)

Date d'édition : 1781

Contributeur : Fontenelle, Bernard de (1657-1757). Directeur de publication

Contributeur : Mairan, Jean-Jacques Dortous de (1678-1771). Directeur de publication

Contributeur : Grandjean de Fouchy, Jean Paul (1707-1788). Directeur de publication

Contributeur : Condorcet, Jean-Antoine-Nicolas de Caritat (1743-1794 ; marquis de). Directeur de publication

Type : texte

Type : publication en série imprimée

Langue : Français

Langue : language.label.français

Format : application/pdf

Format : Nombre total de vues : 74922

Description : 1781.

Droits : domaine public

Identifiant : ark:/12148/bpt6k35800

Source : Archives de l'Académie des sciences

Relation : http://catalogue.bnf.fr/ark:/12148/cb32786820s

Relation : http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/cb32786820s/date

Provenance : Bibliothèque nationale de France

Date de mise en ligne : 15/10/2007

Le texte affiché peut comporter un certain nombre d'erreurs. En effet, le mode texte de ce document a été généré de façon automatique par un programme de reconnaissance optique de caractères (OCR). Le taux de reconnaissance estimé pour ce document est de 77 %.
En savoir plus sur l'OCR


Hfïande, ne fe termina pas. à la Sicile & à la Calabre; elle

franchit ies mers du Levant; on en reuentit les effets dans

quelques 'iles de l'Archipel elle produint deux fortes'

tecounes de tremblement de terre à Tripolicie Syi-ie; ces

~ecouuës y furent précédées d~n gros bruit fbuterrem; on

apercevoit déjà dans ces contrées la vapeur sèche &. épaiile

qui couvroit la Méditerranée &: toute l'Europe.

J'ai dit que ces vapeurs ne parurent plus dans nos contrées

méridionales depuis le 22 de Juillet jufqu'au 12L d'Aout

quelle peut avoir été ia cauîe,'6( ctecette mterrupHon, &

de cette nouveUe apparition? ne ferons-nous pas fondés à

trouver ia~aufe delà disparition & l'interruption de ce ~fM(~~ f

phénomène dans les fréquens orages ou'ii y eut à cette

époque ils auront pu détruire, décomposer ou dtHJper cette

vapeur. Des relations ultérieures nous apprirent la caufe de

ia nouvelle apparition de ces vapeurs de nouveHes lettres.

de, Copenhague annoncèrent que, par des Navires venant

d'Mande, arrivésie 1.de Septembre, on apprit qu'itvenoit 1 t de paroître de nouveaux volcans à peu de dn'tance du ~~Mt~t. mont /7~7<a/ qu'ils jetoient beaucoup de teu Se de tumee

que iav~avoit inondé les contrées voiîjnes, & couloit ty~

comme un gros- ~ttMt&JLtr ~n~~ F~s de quinze lieues de

longueur un- fept de iargeur; que atmo~here y étoit remplie

d'une vapeur épai~Ie & d'une pouûfère très-hue qui inter-

ceptoient les rayons du tbiei), & ôtoMnt la verdure aux

champs; que la nouvelle île, qui s'étoit élevée depuis peu

dans ia mer près de /P~J augmentoit tous les jours,

&: vomiSbit iàns cène des nammes'oc de la ~umée.

D'après ce nouveau phénomène, ne ferons-~nous pas

fondés à attribuer à cette nouvelle éruption- des volcans de

Hnande, la ncuvetie apparition de ces vapeur?T"

Ces indications fur leur origine, parement auez montrer

quelle pouvoit être leur nature & réfbudre les quêtions

qM'on avolt levées fur leur ficcité &- fur leur manière d'être

dans ratmofphère.

iiyaiieudecTou'equecesvapeurs étoient compofée~