Rappel de votre demande:


Format de téléchargement: : Texte

Vues 51 à 51 sur 908

Nombre de pages: 1

Notice complète:

Titre : Histoire de l'Académie royale des sciences ... avec les mémoires de mathématique & de physique... tirez des registres de cette Académie

Auteur : Académie des sciences (France). Auteur du texte

Éditeur : J. Boudot (Paris)

Éditeur : Imprimerie royale (Paris)

Éditeur : Imprimerie de Du Pont (Paris)

Date d'édition : 1781

Contributeur : Fontenelle, Bernard de (1657-1757). Directeur de publication

Contributeur : Mairan, Jean-Jacques Dortous de (1678-1771). Directeur de publication

Contributeur : Grandjean de Fouchy, Jean Paul (1707-1788). Directeur de publication

Contributeur : Condorcet, Jean-Antoine-Nicolas de Caritat (1743-1794 ; marquis de). Directeur de publication

Type : texte

Type : publication en série imprimée

Langue : Français

Langue : language.label.français

Format : application/pdf

Format : Nombre total de vues : 74922

Description : 1781.

Droits : domaine public

Identifiant : ark:/12148/bpt6k35800

Source : Archives de l'Académie des sciences

Relation : http://catalogue.bnf.fr/ark:/12148/cb32786820s

Relation : http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/cb32786820s/date

Provenance : Bibliothèque nationale de France

Date de mise en ligne : 15/10/2007

Le texte affiché peut comporter un certain nombre d'erreurs. En effet, le mode texte de ce document a été généré de façon automatique par un programme de reconnaissance optique de caractères (OCR). Le taux de reconnaissance estimé pour ce document est de 77 %.
En savoir plus sur l'OCR


B E S S C 1 E N C E S. ~t [

Ce lont ces mêmes calculs, copiés fur cette ardo!fe, que ton trouve ici, &: que l'Académie s'eft emprefice de pubiier comme le demier Ouvrage d~un des hommes qui on!, ~ait le plus d'honneur à i'efpnt humain & comme un monument iin2;uifer de ia. force de tetequ! peut fubhitcr encore au moment où les reïlbrts de la vie ont prêts a ie bnier.

j~~ z z~jr ~7~/A~.r ~f~jr PAR LA FORCE DU ~~AT.

JLtES Moulins à vent font une des machines les plus u!i!es & les plus ingénieufes que l'homme ait imaginées ils ont comme les moutins à eau l'avantage d'employer un agent qui ne coûte rien, & l'avantage particulier de pouvoir être multipliés preique à volonté dans un même eïpace J fans pmais'~aire aucun mai, tandis que les moufins à eau inondent fouvent les'ten-ems lupeneurs, par-ià diminuent les productions, &. corrompent la falubrité de i'air. La théorie de ces machines a occupé piuneurs Géomètres cétèbres, &: fur-tout îë'probième de l'angle le plus avantageux qu'il convient de donner aux ailes, ne pouvoit manquer d'exciter leur curiofité & par fa difficulté & parce que la pratique paroinbit l'avoir'réfbiu à force de tâtonnement. M. Coulomb a fait de nouvelles recherches fur cette théorie. On trouve danFies environs'de Ldie, des moun'ns à vent empjoyés à extraire l'huile de Colza; cette opération ~'exécute perdes pitons que le mouim élève & qui retombent par leur propre poids. li eft donc très-facile de calculer i'enet qu'ils produisent, & d'en déduire enfuite la force employée dans les moulins de la même confh'udion pour moudre iebié, pour fcier des planches; tandis que la nature des moyens par iefqueis ces opérations s'exécutent auroit rendu très dIUiciie le calcui jmmédiat des forces qu'elles. emploient.

/?. 7~

*'t-

V.'Tcs Mcm.

p.ge6;